C’est ce que pensent et disent un certain nombre de salariés que l’on pressent « volontaires » pour d’autres horizons…

On sait tous qu’à l’armée, il y à les « volontaires d’office » quand il s’agit de corvée. Toujours un adjudant pour s’exclamer : « Glandu, volontaire pour la corvée de chiottes. Exécution ». Entre nous, ce n’est plus vraiment du volontariat !

Il semblerait que, chez Adecco, pendant cette période de volontariat, certains aient également une drôle de notion de ce qu’est le volontariat. Nous avons de nombreuses remontées de salariés nous indiquant faire l’objet de fortes pressions pour les transformer en « volontaires ».

Le dernier témoignage en date est cette jeune maman dont le projet consiste tout simplement à achever sereinement son congé parental. Mais apparemment, sa responsable des ressources humaines brûle d’envie de la voir se transformer en volontaire pour… tout ce qu’elle veut, sauf rester dans l’entreprise.

Laissons-lui la parole :

« Actuellement en congé parental j’ai été contactée par l’assistante RH et la RRH trois fois en un mois pour me convaincre d’accepter le départ volontaire et de plus j’ai reçu un courrier recommandé avec une brochure explicative.


Or, je leur explique à chaque fois que je n’ai pas de projet et que je souhaite rester en congé parental jusqu’aux trois ans de mon enfant, la RRH m’a alors rétorqué qu’ils pouvaient me refuser la prolongation de celui-ci au titre du manque d’effectif en agence, ce qui est illégal. En clair on ne veut plus de moi! »
.
Ces pressions répétées, que nous sommes les seuls à dénoncer soit dit en passant, viennent, quand elles portent leurs fruits, fausser l’application des critère sociaux. Voici un thème de plus à aborder lors des prochaines réunions de l’Observatoire des métiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici