Après le fraudes à l’URSSAF, la Sécurité Sociale, la carte Vitale et à tout ce qui existe et qui peut rapporter du fric, voici qu’on apprend que des dizaines de milliers de personnes ont profité d’une faille de la loi pour avancer indûment leur départ en retraite avant 60 ans ,ce qui représente un coût pour la collectivité de plusieurs millions d’euros.

C’est donc un système de fraude massif aux retraites anticipées que révèle Le Parisien mais qu’avait déjà évoqué Le Figaro il y à environ deux ans. La loi Fillon sur les retraites accorde en effet aux salariés ayant commencé à travailler avant 16 ans la possibilité de partir à la retraite avant 60 ans s’ils ont déjà cotisé 40 annuités. Un volet de la loi concernait également les agriculteurs, ouvriers et artisans, que personne n’avait songé à contester.

Mais dans des professions, comme l’agriculture où la fourniture d’attestations d’emploi n’est pas une priorité il n’est pas toujours facile de retracer toute une carrière, aussi la loi proposait une solution simple : toute personne en défaut de pouvoir produire une pièce justificative pouvait demander à deux témoins une déclaration sur l’honneur. Pas la peine de faire un dessin sur ce qui s’est passé…, l’honneur en question consista plutôt en un gigantesque doigt du même nom.

Dans certains départements dont les Bouches-du-Rhône, les Pyrénées-Atlantiques ou les Pyrénées-Orientales, c’est une véritable industrie de la fraude qui s’est organisée à nos frais et au total ce sont 119 000 personnes qui ont eu recours à des déclarations sur l’honneur de témoins depuis 2004. Selon Danièle Karniewicz, présidente CFE-CGC de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), on compterait un dossier frauduleux sur dix, soit 12.000 personnes «à fort enjeu», qui auraient abusé fortement.

A l’heure où la France cumule des déficits records, l’affaire tombe plutôt mal. Ce qui explique sans doute la discrétion du gouvernement qui se sent morveux sur le sujet. Selon Le Parisien, «un comité de pilotage interministériel, mis en place afin de récupérer les sommes indues, s’est déjà réuni huit fois dans le plus grand secret». Toujours selon le journal, ce sont au total 400 millions d’euros qui se seraient envolés depuis 2004. Ce comité, comme tous les « machins » du genre, ne récupérera sans doute pas grand chose et il n’est pas très difficile de deviner qui paiera l’addition au final.

En mai dernier déjà, une erreur informatique avait conduit au calcul de trimestres en trop pour certains chômeurs arrivant à la retraite. Un million de personnes étaient concernées au total par cette bourde chiffrée à 300 millions d’euros de manque à gagner. Une paille !

Les braves salariés peuvent continuer à ramer un peu plus fort tandis que le navire fait eau de toutes parts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici