« Z’auriez pas un projet ? » C’est à peu près la question qu’ont à subir de nombreux salariés qui se sentent, à tort ou à raison, poussés plus ou moins insidieusement vers la sortie. 
Récemment, il nous a été remonté que lors d’une réunion de chargés de mission, des responsables du service ressources humaines ont lancé à un parterre de chargés de mission : « Il va falloir vous trouver un plan B« . L’injonction a le mérite d’être claire et sans détours. Le plan A, c’est conserver son emploi et mettre ses talents et sa force de travail au service de l’entreprise et un plan B, si nous comprenons bien, c’est, d’une manière ou d’une autre, la porte. Nous on croyait qu’il s’agissait réellement de volontariat. Bon d’accord, on avait comme un léger doute car nous savons par expérience l’enfer pavé de bonnes intentions et les pressions que subissent de nombreux collègues semblent incompatibles avec un véritable volontariat. La direction semble vouloir mener tambour battant ce plan social dont nous estimons les conditions financières et surtout la sécurisation du plan très insuffisantes. 
La dernière séance de négociation, il y a un peu plus d’une semaine n’aura servi qu’à améliorer très légèrement l’ordinaire, sans permettre d’aboutir à un accord sur les points de sécurisation essentiels que nous avions mis en avant dès le commencement des échanges. L’objectif majeur semble être le respect du calendrier et notamment la date du 1er novembre, échéance officielle de la modification du statut juridique régissant les rapports entre Adecco et Adia. Date officielle, sujette à caution, car il semble qu’il existe sur le sujet un deuxième agenda, un peu plus ambitieux…
Aujourd’hui et sauf rebondissement toujours possible, il est vraisemblable de poser l’hypothèse qu’un certain nombre d’élus rendent un avis d’ici à environ un mois, une fois les réponses apportées par la direction à l’ensemble des questions posées par les uns et les autres. Ce serait, toujours selon cette hypothèse, le coup d’envoi de la période dite de volontariat.

2 Commentaires

  1. Etre volontaire si son poste est supprimé, pourquoi pas ?
    Tout dépendra du nombre de zéro sur le chèque.
    Quel est notre avenir au sein du leader mondialdes ressources inhumaines ?
    A priori aucun, au vue des changementds profonds qui nous attendent, merci à la modialisation.

  2. "Il va falloir vous trouver un plan B" ?!?
    Trop fort !
    Allez faites moi plaisir : Enregistrez moi ça avec un smartphone bien placé et publiez la vidéo ici que je me marre ;0)

    J'aimerais trop savoir quel est le plan B de celui ou celle qui a le culot de dire une connerie pareille !
    J'en connais tellement qui en sont capable

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici