Les Rapetou

Les négociations obligatoires pour l’année 2012 s’étaient achevées, au cours du mois de janvier dernier, sur un constat d’échec aucune organisation syndicale n’ayant accepté de signer une proposition qu’elles jugeaient indigente. En date du 23 janvier, la direction décidait donc d’appliquer de façon unilatérale les maigres propositions qu’elle avait édictées.

L’application de ces conditions 2012, prévues au 1er avril, ce qui fait à chaque fois penser à une mauvaise blague, devait évidemment faire l’objet d’un avenant de rémunération pour chaque salarié concerné. Malheureusement, aucun avenant à l’horizon de mars, ni d’avril, pas plus en mai… rien. Absence d’avenant, aucune modification de la rémunération, le poisson du 1er avril commençait à sentir de moins en moins le frais.
Depuis la semaine dernière seulement, les premiers avenants commencent à tomber, trop tard d’ailleurs pour pouvoir s’appliquer sur les paies de mai et les salariés en seront quitte pour une régularisation sur le salaire de juin. Pour des conditions salariales 2012 ! Un record ! Il aura donc fallu près de cinq mois à la direction pour envoyer les avenants de rémunération aux salariés faisant l’objet d’une (maigre) augmentation. Et encore, précisons que les « heureux » destinataires des avenants n’ont reçu aucun message explicatif sur l’augmentation de leur fixe ou la modification de leur taux d’intéressement. On est prié de prendre ce qu’on donne.
De qui se moque-t-on ? 
Le but est-il de « mener une politique d’écœurement pour faire partir des salariés », comme nous le suggérait un collègue en agence ? La société est-elle désorganisée à ce point qu’elle ne puisse réaliser en moins de cinq mois des avenants de contrat dont la rédaction ne prend au plus que quelques minutes ? Y-a-t-il un problème de fond concernant les services RH ? Quant aux explications relatives à la restauration provisoire de la prime BTP, elles frôlent le manque de respect.
La véritable raison se trouve évidemment ailleurs : gagner du temps et continuer à gratter des produits financiers. Règle d’or universelle, valable du moindre boutiquier cupide à la multinationale tentaculaire : encaisser le plus vite possible mais payer au plus tard. Le salarié, dans cette affaire, demeure l’éternelle variable d’ajustement. Pour un râleur ici ou là, l’immense majorité subira sans broncher et cela la direction le sait. De telles pratiques seraient bien entendu impensables dans des entreprises à fort taux de syndicalisation.
Si vous le voulez, AVEC VOUS, l’an prochain nous empêcherons le renouvellement de telles pratiques.

Mercredi sur ce blogue :
Mutuelle santé : des prestations en nette diminution

5 Commentaires

  1. Ces avenants auront peut-être tardé à venir tout simplement en raison du rajout d'un article concernant la mobilité.
    En effet, sur tous les avenants de rémunérations signés jusqu'à présent (et j'en ai une collection en 15 ans), la clause de mobilité avait été "oubliée", et seule la clause de non concurrence était reconduite (cf. avenant ancienne formule).
    Pour ceux qui ont des doutes, reprenez vos avenants et votre contrat initial…

    On peut juste constater que dans un climat d'appels à candidatures pour quitter l'entreprise, et de mobilités forcées, ces avenants arrivent à point nommé pour la direction!

  2. Sur notre secteur, notre hiérarchie estime que la direction a fait un réel effort sur les salaires … hum hum de qui se moque t on ?
    merci pour votre blog et bon courage

  3. Les nouveaux avenants nous proposent en effet une clause de mobilité !!!! Ca sent pas pas l'embrouille à 1 ou 2 mois de nous annoncer la couleur pour ce qui est du rapprochement avec Adia. Pour ce qui me concerne en 12 ans d'entreprise, cette clause apparait pour la première et comme par le plus grand des hasards, c'est cette… Bizarre non ????? Je me vois bien pour 100€ brut par mois et environ 0.3% d'interressement, me retrouver à 200kms de chez moi !!!! Ne signez pas ces avenants.

  4. pensez à vous syndiquer c'est déductible des impots, faites le, le jour J vous serez contents et aussi la direction et les actionnaires sont contents de voir des sages travaillés chez adecco, soyons unis pour une fois,

  5. Moi je viens de gagner mon procès contre Adecco aux prud'hommes pour modification d'éléments essentiels du contrat. En effet, en 2010, Adecco nous proposait un avenant de rémunération avec modification du taux,de la clause de non-concurrence et les modalités de payement de cette clause. Etant en congès parental de 1 an (reprise en octobre 2010), ma responsable d'agence m'a présentant mon avenant en me précisant que tout le monde l'avait signé. Moi je n'étais pas d'accord alors s'en est suivi des entretiens pour me convaincre que je n'avais pas le choix, que je devais signer, s'en est suivi des humiliations devant les tt, des pressions etc…
    Pour finir j'ai saisie les prud'hommes en demandant la résiliation judiciaire de mon contrat de travail suite à la modification et l'arrêt des payements de ma part variable. Adecco n'avait en aucun cas le droit de modifier les taux variables sous prétexté d'un changement de logiciel et d'une réaffectation des charges comme on nous l'a vendu. Ce que je regrette pour mes anciens collègues qui ont signés, c'est le fait que nos représentant n'aient été assez combatif pour empêcher cette arnaque qui aura fait gagner encore plus d'argent aux actionnaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici