Que penser d’un budget que 50 à 90% des agences, selon les zones, ne peuvent tenir ? Qu’il a tout simplement été surévalué. Bien sûr, il ne s’agit pour l’instant que du mois de janvier et il serait abusif d’en tirer une conclusion définitive ou une projection sur l’année. Néanmoins la situation est inédite et inquiétante. Un budget ambitieux mais réaliste doit en principe être atteint par une large majorité d’agences et, c’est précisément ce en quoi on peut juger qu’il est réaliste.
Dès le 12 octobre dernier, il y a près de cinq mois, nous titrions « Les budgets 2019 vont-ils tenir compte de la crise qui vient ?« . A relire si vous avez deux ou trois minutes car tout y était dit. Nous récidivions dans nos alertes, le 28 novembre, dans notre article « Les budgets 2019 seront-ils réalistes ?« .
Que l’on évoque le chiffre d’affaires ou la contribution totale, la rémunération variable dépendra bien de l’atteinte ou non du budget. La direction tient entre ses doigts le curseur de la rémunération variable. Pour diminuer la masse salariale, il suffit de pousser un peu le curseurs vers le haut, c’est-à-dire d’augmenter les budgets et la part variable de rémunération disparait comme par enchantement. Le déni par la direction d’une situation économique générale prévisible un peu plus difficile en 2019 ne procède évidemment pas d’une méconnaissance des enjeux mais d’une stratégie de réduction des coûts. La direction a connaissance, bien plus finement que nous et par des sources multiples et fiables, de la conjoncture économique présente et à venir et ne peut donc en aucun cas plaider l’ignorance ou la naïveté. La surévaluation des budgets résulte, selon nous, d’une double stratégie d’affichage à usage externe, pour l’actionnariat, et d’une stratégie diminution des coûts à usage interne.

Une fois les résultats du premier trimestre validés et si la situation ne s’améliore pas, vos élus CFE-CGC demanderont officiellement à la direction une révision des budgets afin de les rendre plus conformes à la réalité économique du moment. En termes de reconnaissance et de motivation, il nous semble de toute façon impensable qu’une moitié ou plus des agences et effectifs se résignent à ne percevoir que leur rémunération fixe pendant une année.

 

2 Commentaires

  1. juste pour dire que nous avions interdiction de remonter des budgets négatifs sans justification de bascule on site et même des fermetures de certains sites n'ont pas été pris en compte, et même sans tenir compte de l'activité du second semestre, bref on nous a imposé cette année les budgets et nous sommes bien conscients que l'entreprise va faire une sacrée économie sur les salaires !!! c'est évident et je ne crois pas une seconde que l'entreprise va revoir sa position, quoi que !! A force de prendre des douilles chaque mois et d'être en écart avec les budgets annoncés, peut être que l'entreprise va revoir ses budgets, je crois un peu, encore au PERE NOEL ? ! ! !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici