Presque toutes le entreprises, quelle que soit leur taille,  ont inscrit la réduction des coûts au premier rang de leurs priorités. La digitalisation, horriblement coûteuse en  termes d’investissements mais si prometteuse en termes d’économies de personnel représente aujourd’hui la principale source de réduction des coûts pour les entreprises. Depuis plusieurs années maintenant, la direction d’Adecco a annoncé clairement sa volonté de devenir « leader par les coûts », c’est-à-dire, en clair, de devenir (ou demeurer) le premier de la profession par les économies réalisées. Il y a peu, nous avons clairement évoqué sur ce blog l’objectif inouî de 250 millions d’euros d’économies à réaliser par le groupe l’an prochain, en 2020. Nous avons dit et écrit depuis longtemps que 2020 serait une année charnière pour l’entreprise comme en témoigne d’ailleurs l’appellation du projet « Adecco 2020 ». Souvenez-vous du projet Team 2012 qui s’était clôturé en apothéose avec un PSE et, en prime, le départ du PDG, initiateur du projet qui, le job accompli, s’en était allé vers d’autres horizons.
Nous assistons aujourd’hui à une accélération insensée de la fonte du réseau d’agences. Partout où nous passons, ce ne sont qu’agences fermées, d’autres n’accueillant pratiquement plus le public afin d’habituer au plus vite les intérimaires à une relation purement téléphonique et numérique avec son employeur, des regroupements (Hub) actant la disparition de dizaines et de dizaines d’agences…. On ne peut s’empêcher de se remémorer les propos du DRH de Manpower qui s’était lâché dans la presse, un peu trop tôt sans doute. Nous avions bien entendu été les seuls à nous inquiéter et à publier ses propos ahurissants pour les non initiés, dans notre article paru en février 2015 « Le DRH de l’un des majors de la profession annonce la fin des réseaux d’agences et des « relations physiques« . Il ne s’agissait aucunement de propos tenus sous l’empire de vapeurs éthyliques au Café du commerce mais d’une très sérieuse interview publiée dans Les Echos.fr. Ce DRH n’avait fait qu’évoquer, maladroitement sans doute, et surtout beaucoup trop tôt, ce que nous vivons en ce moment.
Pour revenir à notre sujet mentionné en titre, voici maintenant que les clients vont devoir, dès ce mois-ci, financer le papier de leurs contrats, factures et relevés d’heures. Un peu comme pour le diktat du Trésor public qui impose la déclaration en ligne, le client acceptera le tout digital ou se prendra des PV (à près d’un euro le document). Inutile de préciser que nous n’irons pas chatouiller certains clients importants avec de pareilles mesquineries…. L’affaire est sans doute anecdotique mais révélatrice d’une avancée à marche forcée vers le digital. Il ne s’agit plus d’une option, d’un confort ou d’un progrès potentiel mais d’une démarche volontariste dont les enjeux économiques promettent d’être considérables. Nous constatons chaque jour la double accélération folle de la réduction du réseau, d’une part, et de la dématérialisation d’autre part. 

Étrangement, alors que le monde change en accéléré avec une casse humaine constatée dans chaque région, personne, hormis nous, ne semble vraiment soucieux d’une urgentissime réouverture de l’accord Gestion Prévisionnelle des Empois et Carrières (GPEC) qui permettrait de gérer, d’anticiper, d’accompagner, de réorienter et d’améliorer l’employabilité des salariés impactés par la réorganisation.

Une fois de plus, nous demandons, nous supplions presque la direction de se soucier de l’intérêt et de l’avenir des hommes dans cette réorganisation lourde que nous vivons actuellement, et par conséquent de rouvrir dans les meilleurs délais l’accord GPEC.

11 Commentaires

  1. C'est clair, le fait de facturer va encore nous faire perdre des PDM !!!
    Alors que nous avançons bien sur la demat en local l'entreprise va nous plomber avec ça ! c'est une grosse erreure !!!!

  2. La démat oui mais a quel prix ?
    Pour certains clients c'est nécessaire mais de la a passer à une obligation … je ne comprends pas.
    C'est encore aux agences de gerer les insatisfactions liées aux décisions du siège si loin des réalités.

  3. tiens c bizarre on reçoit un mail de notre DO : soyons volontaristes !!
    oui on fait que ça, à fond sur le sujet ! sauf que quand le client est une toute petite pme et on en a un paquet et qui n'est pas structuré et qui ne veut pas la démat, on va perdre ces clients là…

  4. Avec ce forcing, nous allons perdre des pdm alors que nous avançons bien en local, et nos concurrents ils rigolent encore une fois

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici