Voici un article qui, tout en reconnaissant évidemment la conjoncture sévère dans laquelle nous baignons, a au moins le mérite de la relativiser et même de redonner beaucoup d’espoir aux salariés un peu déprimés par les difficultés actuelles :

Adecco : croissance négative en 2009

Adecco SA s’attend à des temps difficiles. A fin septembre, la croissance organique était de -8% environ. « Nous prévoyons que ce trend se soit nettement renforcé au 4e trimestre. Nous tablons sur une année 2009 difficile dans tous les pays et régions », a dit Dieter Scheiff, CEO du géant du travail temporaire, dans une interview à la « Handelszeitung » (édition du 7 janvier).

Après 1100 suppressions d’emploi en 2008, d’autres suppressions sont probables. Les coûts devront être adaptés à la mesure de la baisse du chiffre d’affaires et l’effectif réduit, a précisé le CEO. Ce dernier a toutefois relevé qu’Adecco travaille aussi à des améliorations structurelles et ne réduit pas aveuglément les coûts. Il s’agit d’être plus efficace, de créer des synergies et de mieux segmenter les affaires. « Nous investissons aussi de manière ciblée et serons prêts lorsque la reprise interviendra ».

A propos des prévisions à moyen terme, qui tablent sur une croissance annuelle de 7 à 9%, le CEO a relevé que c’est un objectif à long terme comme celui de marge d’EBITA de 5%. Ces objectifs ont été déterminés en 2006, dans un environnement de bonnes conditions cadre économiques, ce qui n’est plus le cas. M. Scheiff a souligné qu’Adecco a atteint l’objectif de marge de 5% au 3e trimestre 2008 et s’est déclaré certain que l’on pourra s’y tenir à moyen terme et même le dépasser*.

Dans une année de récession, il est toutefois naturellement « très peu vraisemblable » d’atteindre les objectifs. La croissance sera négative en 2009, mais à moyen terme, M. Scheiff peut tout à fait s’imaginer des taux de croissances de 7 à 9%*. « La prochaine reprise viendra certainement et je suis convaincu que le travail temporaire va très fortement progresser*« , a assuré le CEO. Pour le moment, ce dernier reste cependant prudent: « il se peut que l’on constate les premiers signes sérieux de reprise aux USA au 4e trimestre de cette année*, mais nous prévoyons deux années très exigeantes ».

M. Scheiff n’a rien signalé de neuf à propos d’acquisitions: « les marchés des crédits sont actuellement fermés, quelle que soit la bonité de l’entreprise. Tant que ces marchés ne reprendront pas, nous ne ferons pas de gros investissement, car les conditions ne sont pas attractives. Des acquisitions ciblées, financées sur le cash-flow, restent toutefois toujours possibles », a dit le CEO.

* les surlignages en gras et rouge sont de nous

Source :
Romandie News du 7 janvier 2009

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici