Je viens de parcourir un magazine d’entreprise on ne peut plus affriolant et prometteur. Un vrai catalogue du bonheur. De la couverture à la dernière page, ce ne sont qu’invites à la félicité et à la béatitude, au bonheur, au ravissement et à la douceur de vivre. Impossible de garder égoïstement tant d’enchantement, il faut que je vous le fasse partager.

Jugez plutôt vous-même.
En couverture, cela démarre fort, avec un bandeau « professionnalisation, fidélisation, gestion des carrière, mobilité… » et en titre principal : « Politique RH : pour vous, avec vous« . Tout un programme ! Notez que sans nous ça serait duraille.
Ouvrons le magazine. En première page, le titre de l’édito est sans ambiguïté : « Nous devons nous battre pour que vous soyez bien dans l’entreprise« . Notez encore que se battre pour le contraire, ça ferait désordre.

Puis, au fil des pages voici quelques-uns des titres et sous-titres aussi prometteurs les uns que les autres :
« La dynamique RH est lancée » (pourvu qu’elle retombe…) et il faut « ne jamais perdre de vue la « vraie vie » de nos collaborateurs« . La vie, la vraie, j’ai déjà entendu ça quelque part.
Page suivante : « Nous allons augmenter notre taux de fidélisation des collaborateurs » (seraient-ils infidèles ?)
Puis « Gestion des carrières. Tous concernés ! » (l’important dans ce dernier terme, c’est sa prononciation. Pas le droit à l’erreur) avec un encadré « Collaborateurs-clés, un processus gagnant-gagnant » dans lequel nous sont expliquées les vertus d’un Groupe qui fait du « Talent Management« … (ça doit être pas mal le « Talent Management », mais je ne connais pas. Je devrais pouvoir le replacer dans des dîners en ville).
Tournons les pages et en avant pour un florilège que je vous livre tel un inventaire à la Prévert :
« Accroître la mobilité interne pour développer employabilité et performance« 
« Ne pas se mettre de barrière » (comme dirait Alain)
« Prendre les choses en main » (j’évite tout commentaire)
Une page entière « La formation pour faire la différence » (sinon on vous la rembourse sans doute).
Une page encore pour « Objectif : un taux de fidélisation de 90% » dans laquelle il nous est expliqué que cette société est bonne élève avec un taux de fidélisation élevé. Si c’est écrit…
« L’ancienneté valorisée » (Tonton pourquoi tu tousses ?)
« Dire merci, c’est important ! » (Tu l’as dis bouffi !)
« Enquête sur le climat interne dans le Groupe » avec la promesse de « plans d’action destinés à améliorer le bien-être et le plaisir au travail » (ça promet !).
Le bouquet (presque) final : « Mieux travailler, mieux vivre » (un grand classique) et « améliorer les conditions de travail« .
« One roof pour resserrer les liens » (ce dernier terme étant à manier avec précautions).
« Expertise sociale : aider les intérimaires… Mais aussi les permanents » (on entrevoit le Nirvana qui, il y a peu encore, nous semblait inaccessible).
En avant dernière page « Tous en selle ! » nous relate une journée consacrée à la « petite reine » mais il n’y sera bien entendu pas question du vélo dépourvu du précieux accessoire sus-nommé.
La dernière page, le bouquet final avec « Pour l’égalité des chances face à l’emploi« … « Trois fois impliquée« … « S’ouvrir à l’extérieur« … « Responsabilité sociale de l’entreprise« . On peut inverser si on veut.
Le magazine m’échappe des mains. C’est que tant de ravissement et d’allégresse, ça vous tourneboule la tête et les sangs. On n’est pas habitué. Seul regret : j’ai oublié de noter le nom de l’entreprise enchanteresse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici