Malgré notre récent article sur le sujet, la rumeur continue à courir, à enfler et l’hypothèse d’un éventuel PSE réjouit les uns à l’idée du solide chèque qui accompagnerait leur départ – chèque sans doute plus consistant que celui qu’ils auraient pu obtenir dans le cadre du PDV – mais effraie tous ceux qui craignent d’affronter un marché de l’emploi particulièrement rude dans une conjoncture économique pour le moins déprimée
.
Notre position sur le sujet demeure très claire : pour nous, il n’y aura pas de PSE en 2013, nous pouvons l’affirmer avec certitude.
Pourquoi une aussi bienveillante certitude ? Il n’y aura pas de PSE en 2013 tout simplement parce que, paradoxalement, le PSE est devenu permanent. Chaque mois et même chaque semaine, des agences « se rapprochent », ferment pour le dire en termes simples, et les effectifs continuent à fondre comme neige au soleil. Savez-vous qu’il y a eu 83 « mouvements » d’agences hors PDV, soit presque autant de fermetures – certains « mouvements », une minorité, ne se traduisent pas forcément par une fermeture – en sus des 165 fixées par le Plan de départ volontaire ? Nous devrions approcher les  250 fermetures de sites et le mouvement semble s’accélérer.
Lors d’un « rapprochement » d’une agence avec une autre, il nous est par ailleurs systématiquement précisé l’absence d' »impact social », selon la formule consacrée, ce qui signifie que les effectifs des deux agences sont intégralement conservés. Il s’agit bien entendu d’un leurre supplémentaire puisque lorsqu’une équipe de trois salariés permanents d’une agence « rapprochée » en rejoint une de quatre, par exemple, trois mois, six mois ou un an après, il est évident que l’effectif ne compte plus sept salariés mais six, cinq ou quatre seulement. Ainsi diminue l’effectif de l’entreprise, de façon continue, sans le moindre « impact social » officiel et affiché. Derrière les rideaux de fumée plus ou moins épais, l’effectif CDI de l’entreprise continue à diminuer sévèrement tandis que s’étiole le réseau d’agences.
Cette rapide démonstration nous incite donc à penser qu’il n’est plus besoin de mener un long, complexe et coûteux PSE cette année puisqu’il existe dans l’entreprise un PSE permanent, automatique et continu. En 2014, c’est une autre histoire et se fera sans doute sentir le besoin d’émoustiller à nouveau les actionnaires en leur annonçant un « bon » PSE de derrière les fagots.

Vendredi sur ce blogue :
Maître Yakafokon, le retour
Lundi prochain :
Nouveau calcul de part variable, on y gagne ou on y perd ?
Mercredi prochain :
GPTW (Garde Prête Ta Winchester), le retour

1 COMMENTAIRE

  1. Ex DS et DZ, je trouve inadmissible que la société me donne une prime sur le départ des P1 et sur la signature des avenants…
    Messieurs Dames, tout est pipé !
    DZ en colere

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici