Aujourd’hui la botte secrète de la Direction, pour tenter d’obtenir des signatures d’avenants, c’est la promesse de la rétrocession aux agences d’une partie du « Crédit d’impôt compétitivité emploi » (CICE), véritable manne financière destinée, en principe, à éviter les destructions d’emplois. Cette mesure gouvernementale vise, en effet, à réduire le coût de la masse salariale afin de relancer la compétitivité des entreprises et limiter le nombre de faillites. Le gouvernement escompterait de plus la création de 300.000 emplois et un demi-point de croissance d’ici 2017.
Ce dispositif calculé sur la masse salariale brute (salaires bruts et
cotisations salariales) pour les rémunérations entre 1 et 2,5 SMIC générera une baisse des charges pour les entreprises de 4% en 2014 et même 6% en
2016.
Un certain nombre d’observateurs émettent des doutes sur l’efficacité d’un tel dispositif jugé très insuffisant pour répondre à la gravité de la situation. « Le coeur du problème de l’économie française, c’est le défaut de
profitabilité des entreprises et leur faible capacité d’autofinancement
de l’investissement
« , affirme à l’AFP Jean-Christophe Caffet, économiste
chez Natixis. D’autres saluent cet allégement de charges sociales qui sera financé par un alourdissement de la TVA.
Quoiqu’il en soit et pour revenir à Adecco, une communication envoyée fort opportunément au réseau il y a quelques jours, fait état d’une rétrocession de 1% de la masse salariale des salariés permanents et intérimaires, soit le quart du bénéfice de cette mesure. Ce « cadeau » fait aux agences s’évaluerait à environ 35 millions d’euros si l’ont considère une masse salariale supérieure à deux fois et demi le SMIC et chargée de 35 milliards, charges incluses, selon nos estimations. Comment peut-on croire un instant que la Direction rétrocédera 35 millions aux agences soit, en moyenne, près de 40 000 euros par agence… ?

Quand bien même nous serions affligé de la naïveté d’un perdreau de l’année, l’entreprise ne nous a-t-elle pas communiqué, oralement et par écrit, qu’elle ne pourrait « compte tenu de ses caractéristiques de rentabilité et de sa situation fiscale, percevoir le CICE avant 2017 » ? Elle a même précisé, très à propos, que « ce crédit d’impôt devra être utilisé conformément aux prescriptions de la loi telles que précisées par les instructions fiscales, notamment les investissements de recherche, d’innovation, de formation, de recrutement et les enjeux de reconstitution de fonds de roulement« . Agir autrement serait illicite et indéfendable.
Voici donc, selon la direction elle-même, une double impossibilité de faire bénéficier les agences de cette manne étatique. Il ne s’agit bien entendu que d’une promesse destinée à inciter le plus grand nombre possible de salariés à signer leur avenant de rémunération. Les promesses n’engagent-elles pas uniquement ceux qui les croient, avait un jour affirmé un cynique politicien ?

8 Commentaires

  1. Les clients appellent déjà les agences pour savoir comment elles vont rétrocéder le CICE. De la poudre aux yeux pour améliorer les EDG et berner les collaborateurs sur leur base de rémunération.

  2. Nous attendons d'autres actions ! où en êtes vous sur la mobilisation, il ne faut pas lacher la pression, Merci…

  3. encore une belle arnaque! perso j ai fait la belle connerie de signer mon avenant people soft, une fois pas deux. ils sont près à tout pour renouer avec les résultats quitte à supprimer nos rému variables. Tant qu à faire, supprimez nos fixes de Smicards, et payez nous juste en fonction de l atteinte de nos objectifs.
    signé une bénévole Adecco

  4. Je crois que j'ai la solution : tous au Smic et deux fois moins de collaborateurs
    Maitre Yakafokon va être content

  5. ne signez pas ! c'est du bluff, demandez à M. PRIX Clients, chez nous, pour lui le cice va servir à financer le cdi intérimaire, la portabilité de la formation, etc…pour ma part, je reste sur la cdhi, 15 ans d'ancienneté, on s'est fait avoir avec V9, pas une deuxième fois…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici