Il y a des salariés qui n’ont vraiment pas besoin de NAO pour défendre leur rémunération et leurs augmentations… Prenez par exemple le cas du directeur général d’Adecco, Patrick De Maeseneire, qui a
perçu, en 2013 une rémunération totale de 6,07 millions de francs suisses, soit un peu plus de 500 000 CHF par mois ou si l’on préfère plus de 360 000 €… L’équivalent du salaire mensuel d’environ 250 assistantes d’agence ou de recrutement. Il n’avait perçu en 2012 « que » 5,9 millions CHF, soit une augmentation  de salaire de près de 3% (2,88 pour être précis). Tout ça sans NAO, sans gréve, sans la moindre fâcherie, rien qu’en conversant aimablement entre gens bien élevés. Un vrai rêve éveillé !
Ce
montant comprend notamment un salaire de base de 1,8 million et un bonus
annuel de 1,71 million. Le reste est composé d’actions bloquées durant un certain
temps et tirées du programme de rémunération à long terme ainsi que de
paiements à la caisse de pension. On imagine aisément un double parachute doré ou même en or massif, ventral et dorsal, toujours prêt à s’ouvrir en cas d’éjection pour un motif ou un autre.
Au total, la direction du groupe,
forte de douze membres, a perçu 25,8 millions de francs alors que les douze plus importantes rémunérations de l’entreprise s’élevaient en 2012 à 28,5 millions de francs CHF. Le différentiel de 2,7 millions serait dû au départ de l’un des poids-lourds de l’équipe de direction.
Ces chiffres officiels ressortent du rapport annuel publié par la direction du groupe Adecco en Suisse.

Demain sur ce blogue :
Des indicateurs alarmants

8 Commentaires

  1. Inconscients ! Vous ne vous rendez pas compte du coût de la vie en Suisse !
    Il est tout a fait normal que les salaires soient indexés sur ce coût…

  2. Et en plus ces abrutis de collaborateurs leurs offrent des cadeaux, payés par leurs propres deniers, à chaque fois qu'un d'entre eux quitte l'entreprise.
    Arrêtez de vous battre, la majorité des salariés sont des moutons sans cerveau ……

  3. Bien d'accord ! Les salariés savent se plaindre sur ce blog mais se laisse malmener sans vergogne par Adecco.
    Apprendre à dire NON lorsqu'on vous envoi dans le mur n'est pas un crime !

  4. Cher Bruno ; le fait d'être salarié protégé vous incite peut-être à moins de prudence que le commun des intervenants sur ce site.
    Je ne conteste pas votre honorable et nécessaire engagement mais uniquement votre commentaire imbécile.
    Car enfin, si l'anonymat étaient répréhensible, il faudrait que tous les scrutins électoraux soient nominatifs !
    Quand aux attributs virils de la majorité des permanents de notre chère entreprise, si je me suis permis d'en douter, c'est avec le recul des mes quelques 30 années d'ancienneté.
    Je me souviens que nos illustres aînés avaient un franc-parler et une capacité de résistance à l'ordre établi que je ne retrouve plus aujourd'hui parmi la horde des "managers" serviles qui nous font office de collègues.
    Syndicalement vôtre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici