Les élus de la CFE-CGC assurent leurs collègues de Montigny-le-Bretonneux de leur solidarité et de tout leur soutien.

Article relevé sur L’Express L’Entreprise.fr

Yvelines: des travailleurs sans-papiers occupent deux agences d’intérim

Plus de 250
travailleurs sans-papiers ont occupé mercredi les locaux de deux agences
d’intérim dans les Yvelines, pour réclamer « les documents
indispensables » à la constitution de leur dossier de régularisation et
plus d’une centaine d’entre eux s’apprêtaient à y passer la nuit, a-t-on
appris par la police et la CGT.

Ces travailleurs précaires originaires pour la
plupart d’Afrique subsaharienne occupent les locaux et les abords d’une
agence Randstad à Poissy et d’une agence Adecco à Montigny-le-Bretonneux
avec qui ils sont pour certains en contrat intérimaire, a indiqué à
l’AFP Sonia Porot, secrétaire départementale de la CGT dans les
Yvelines.
  
Selon la police, 200 sans-papiers se sont rassemblés
dès le matin à Poissy et une soixantaine à Montigny. Ils étaient environ
300 répartis sur les deux sites, soutenus par plusieurs dizaines de
délégués syndicaux, selon la CGT.  
A l’origine de cette action, la CGT demande l’ouverture de négociations avec les employeurs pour qu’ils délivrent « sans tergiverser » les « documents indispensables pour la régularisation des travailleurs« ,
selon son communiqué: attestations et contrats de travail et
certificats de concordance qui attestent qu’une personne a travaillé
sous différentes identités pour un employeur. 
Le syndicat réclame également « l’ouverture
de discussions avec les ministères du Travail et de l’Intérieur en vue
de compléter et d’améliorer la circulaire de régularisation de novembre
2012
« . 
Ce texte clarifie et assouplit les
conditions de régularisation pour les parents d’enfants scolarisés (en
exigeant cinq ans de présence en France et trois ans de scolarisation)
et les salariés. Mais la nécessité de fournir des fiches de paie a
compliqué la constitution de dossiers pour les travailleurs au noir. 

« Nous sommes déterminés à rester tant que nous n’aurons pas obtenu satisfaction« , a assuré Sonia Porot. 

« Il n’est pas question de dialoguer avec qui que ce soit tant que les agences seront occupées« , a rétorqué François Roux, délégué général de Prism’emploi, qui représente les employeurs de l’intérim. 

« Nous ne pouvons pas soutenir des salariés qui ont usurpé des papiers d’identité car c’est parfois malheureusement le cas« , a-t-il dénoncé. 
L’occupation se déroule sans heurts selon la CGT qui a prévu d’apporter des vivres aux travailleurs. « Les employés des agences continuent de travailler normalement et les visiteurs peuvent entrer dans l’agence sans aucun problème« , avait expliqué dans la journée Alain Luguet, un militant CGT joint par téléphone.


Source : L’Entreprise.fr

3 Commentaires

  1. Les visiteurs entrent sans problème ??? C'est quoi cette blague?
    Des gens avec des matelas couchés devant l'agence, impossible de circuler
    Si je comprends bien ils ont travaillé avec les papiers d'autres …. Ca ne s'appelle pas usurpé l'identité ? Et on ose revendiquer?
    On marche sur la tête !

  2. Mais que fait la police ? Pourquoi la direction ne prend pas les mesures pour les faire expulser ? donnez moi deux ou trois milles euros et je vous la dégage vite fait bien fait

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici