Elle court, elle court la rumeur. Rien ne semble devoir l’arrêter. Oh, nous avons un peu l’habitude et chaque année depuis notre PSE et même avant, cycliquement ressort la rumeur d’un plan social. Logique dans une entreprise qui ne cesse de réorganiser et restructurer, à la recherche éperdue d’une rentabilité toujours meilleure. Cette pathologie des grandes entreprises que nous avons pronostiquée comme « restructurite chronique récidivante » consiste à faire, défaire, refaire, découper, recoller et modifier à l’infini les organisations et structures à la recherche du Saint Graal qui assurera prospérité et félicité éternelles aux actionnaires morfales. Cet idéal n’existe bien entendu pas, aussi le mouvement se trouve-t-il indéfiniment auto-alimenté.
Mais il est vrai que cette fois, un certain nombre d’indicateurs donnent corps à cette rumeur. Certains Directeurs de zone eux-mêmes n’hésitent pas à évoquer, sans trop savoir de quoi il retourne, de « grands changements » en 2017. Ajoutez à cela la communication appuyée sur la digitalisation de l’entreprise, sujet aujourd’hui incontournable dans les milieux économiques. Je digitalise, tu digitalises, il digitalise, etc. Hors de la digitalisation accélérée, il ne semble plus y avoir de salut. Pendant ce temps, les équipes souffrent et le mécontentement atteint de (tristes) records. Un cadre expérimenté de l’entreprise nous confiait récemment ne jamais avoir connu pareil mécontentement depuis son entrée dans le groupe il y a deux décennies. Même lors des deux plans sociaux (PSE, PDV) passés.
Le refus systématique de renouvellement des CDD, même lorsque existe un besoin pressant et critique, le énième rabiotage des rémunérations variables par la suppression de la subvention liée aux comptes à très faible marge brute (nous reviendrons sur le sujet) et la pression folle subie par nombre de Directeurs d’agence et leurs équipes nous semblent annonciateurs de bien mauvaises nouvelles. Certes, le pire n’est jamais certain mais la situation a de quoi inquiéter. Souvenez-vous l’essorage sévère de l’entreprise avant le départ de la famille Jacobs envolée avec le jackpot. Ce n’est pas si lointain et les curieux retrouverons notre prose à ce sujet en utilisant simplement le moteur de recherche de ce blogue.
Inutile de dire que nous sommes preneurs de toute information proche du sujet. C’est l’occasion de rappeler notre adresse centralisée de messagerie et la confidentialité absolue des échanges avec nos collègues.

11 Commentaires

  1. Bonjour!
    Pour anecdote, il y a quelques mois, à l'occasion de mon EA qui finalement se transformait en entretien préalable, ma DZ m'a proposé une RC ou une rétrogradation (étant soit disant un bon élément, il aurait été dommage que l'on me perde… c'est ma DZ qui me l'a dit!!! IMPRESSIONNANT!)
    Moralité, il y a quelques jours, à l'occasion d'un état des lieux prévisible, cette même DZ, ayant déjà de l'ancienneté et connaissant les rouages de notre navire, je lui suggère de me faire une RC! Accrochez-vous! Elle m'a démotivé à le faire, prétextant que je ne toucherais pas grand chose ayant moins de 5 ans dans notre entreprise.
    Si on n'est pas encore sur de la stratégie pour sauver un EDG et faire payer la collectivité dans quelques mois!!!

  2. Super et bravo à Camille!
    Ca pourrait être pas mal que le temps de 1 Job de CEO, Alain DEHAZE vienne faire un Job de CHAF, ou Chargé de recrutement… même DA.
    No comment sur Christophe CATOIR, tenu de faire ce qu'on lui demande. Au moins il apporte du dynamisme, même si on le voit moins en ce moment, peut-être sur d'autres préoccupations…???

  3. Offre:
    J'ai des jours de travail à demander, car à défaut d'avoir des jours de repos à donner, j'ai du boulot dans mon agence.
    Emilie si tu nous lis, penses à nous, nous on a plus le temps de penser de façon cohérente aux mails que tu envoies. D'ailleurs, on a plus le temps de les lire.

  4. c'est effectivement une réalité qu'une démarche acharnée des DZ est entrain de sévir pour d'une part inciter certains collaborateurs à quitter l'entreprise, (avec proposition de rupture conventionnelle) et d'autre part d'user les directeurs d'agences qui doivent continuer à avancer, en leur refusant de remplacer les collaborateurs en partance.

  5. Je confirme qu'une réorganisation non probante et destabilisante pour les équipes est imposée. De plus en plus de sites vont devoir être tenus par 2 ETP, voire meme 1 seul collaborateur.

  6. Il va être difficile de continuer à faire avancer des agences avec une baisse des moyens humains.
    Faire et défaire n'a jamais rien apporté de bon.
    Mon cas: 1 agence, 2 sites à couvrir, et dans quelques jours plus que 2 collaborateurs (dont moi), je perds ma RR qui viendra faire un pansement hebdomadaire d'une journée.
    En plus, ce n'est pas ce qui arrêtera l'hémorragie de mes résultats qui depuis début 2014 sont en chute libre, régression à 2 chiffres tous les mois!!!
    Des prospects et clients qui nous ont fait confiance, je me vois encore prétexter à chaque RDV commerciaux que nous étions "re-staffés". Tout un travail de fidélisation, re-fidélisation qui va être de nouveau fragilisé.
    Comme je l'ai dit l'autre jour à une fonction Support, je ferai ce que je peux. Les journées ne font que 24 heures et moi je ne peux pas me dé-doubler.
    #Fier d'avoir intégré début 2015 le leader mondial des ressources humaines, #Triste de voir la finalité d'un travail acharné.
    Pour la suite, je dis toujours que c'est dans l'adversité que l'on peut s'en sortir.

  7. Bonjour, on m'a dit de venir voir votre Blog. Moi qui pensait être complètement décalée, je me rencontre que nous sommes beaucoup dans une situation difficile sans compter celles et ceux qui ne se manifestent pas par peur peut-être de représailles.
    De mon côté, après avoir repris deux agences en difficulté, j'ai à l'époque accepté le challenge. Nous avons mis des choses en place, avancés… et des résultats sont tombés mais pas aux attentes d'objectifs que j'avais dit: irréalisables.
    Me voilà inondées de mails: faut faire ci, faut faire ça de ma DZ, de fonctions transversales qui se couvrent…
    J'ai l'impression d'être devnue nul, d'ailleur l'autre jour ma DZ a su me sortir que le stats les moins bonnes. Les bonnes sont restées au placard. ''Comment tuer son chien….''
    J'ai failli appeler notre service psycho mais si c'est comme le GPTW, finalement on se retrouve identifié.
    Me voilà sous anti-dépressif et calmants avant de venir travailler et même en cours de journée.
    On le sait tous, prendre un arrêt oui, mais combien de temps… et pendant ce temps nos concurrents emboîtent le pas.
    En tout cas, ma famille est informée de la situation.

  8. Bonjour,
    Je suis impressionnée de voir que nos organisations divisent les uns et les autres.
    Hier, 4 collaborateurs échangent entre eux de l'ambiance nauséabonde qui se dégrade de jours en jours.
    2 collaborateurs constatent les difficultés qu'elles rencontrent au quotidien et qui ne vont pas en s'améliorant, moi j'écoute et l'autre, qui n'a malheureusement pas les mêmes problématiques, ne trouve à répondre que tous les ans en septembre c'est la même chose et qu'il n'y a pas de quoi s'étonner (sauf que ce n'est pas sur son agence que l'on tire). Vous aurez devinez que nous n'étions finalement pas sur les même BU.

    Si nos organisations venaient à changer, je serais curieuse de voir comment ce collaborateur, hors normes, qui pour l'instant est certainement bien vu de sa direction le serait.

    Quelle tristesse de voir ce manque de cohésion et de bon sens surtout quand ça se passe devant les yeux des uns et des autres.

    C'est peut-être finalement pour cette raison que notre société reste de marbre face à la détresse de ses salariés.

  9. Très Chers Dirigeants,

    J'ai rencontré une collaboratrice vraiment très mal.

    La pression par des mails et autres pourraient vous menez face à une situation compliquée.

    L'actualité récente peut en être un exemple.

    A bon entendeur

  10. Une journée de plus…
    Demain j'appelle Tic pour qu'il vienne faire mon Tac.
    Oncle Picsou ne répond plus, on me dit que je suis Dingo… il est loin le monde des Bisounours.
    Si ce jeu de mots peut donner un peu d'espoir à nous Tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici