Suggestion pour le paquet neutre
Comme chaque année, vos représentants CFE-CGC ont adressé à la direction, préalablement à la tenue de la première réunion de négociation, la liste de leurs revendications et propositions pour la politique de rémunération 2017.
Nos revendications s’inscrivent dans le double souci du réalisme et de l’intérêt des salariés dont la rémunération ne cesse de s’effilocher au fil des ans. Contrairement à d’autres organisations, chez nous pas de grotesque catalogue des utopies, ni d’inventaire à la Prévert, avec une vingtaine ou trentaine d’items dont nous savons pertinemment qu’aucun ne sera retenu, ni même traité.. Quelques revendications bien ciblées, ambitieuses mais réalistes et la conviction nécessaire pour argumenter leur défense.
Depuis dix longues années maintenant, l’entreprise  n’a procédé à aucune augmentation générale des fixes, comme si le temps s’était arrêté et qu’il n’existe aucune inflation. Ce gel des fixes aboutit dans les faits à une importante régression du pouvoir d’achat absolument unique dans la profession et dans le monde économique en général. Connaissez-vous en effet une seule entreprise privée, publique ou para-publique n’ayant pas augmenté les salaires fixes de ses salariés d’un seule centime depuis dix ans ? C’est un peu un défi amical que nous lançons à nos lecteurs : si vous connaissez une telle entreprise, merci de nous envoyer l’information sur notre messagerie afin que nous puissions la publier et organiser une sorte d’émulation avec Adecco.
Ainsi, notre revendication d’une augmentation générale des salaires de 5% peut-elle sembler irréaliste à un témoin extérieur à l’entreprise mais son application ne viendrait tout au plus couvrir qu’une partie de la perte du pouvoir d’achat subie depuis une décennie et ne parviendrait au mieux qu’à limiter, et partiellement encore, les dégâts. Même un geste de la direction à 3 ou 2% seulement aurait quand même signifié une prise en compte du problème des salaires chez Adecco et la volonté de mettre un coup d’arrêt à la paupérisation de bon nombre de collègues. Situation relativement marginale il y a une dizaine d’année, on ne compte plus aujourd’hui le nombre de salariés permanents menant une double voire triple activité pour tenter de joindre les deux bouts.
Si cette année encore, aucune augmentation n’est appliquée sur les fixes, nous remporterons ou plutôt conserverons le triste trophée de « Leader mondial du blocage des salaires », titre fort peu glorieux, reconnaissons-le… Sans parler du budget social des CE, mais cela c’est une autre histoire sur laquelle nous allons revenir dans les jours qui viennent…
Comme évoqué récemment sur ce blogue, nous travaillons à un plan de communication et d’action pour lequel nous allons avoir besoin de vous dans les mois à venir.

5 Commentaires

  1. Effectivement, du concret, pas de superflu.
    Le superflu ne sert à rien sauf donner l'idée à notre chère direction qu'on se bat pour des broutilles. Il faut bien reconnaître que rouler en SEAT ou C4 de toutes façons, tant que ça roule… bien évidemment, un véhicule adapté à la fonction et au nombre de kms.
    Pour une augmentation des salaires d'un pourcentage certain: OUI!

  2. Le leader mondial des ressources humaines, qui sait faire de beaux articles, de belles communications est en train de faire preuve d'autisme face à un malaise grandissant.
    En même temps que j'écris ce post, un débat se passe à la télé.
    J'entends 2 personnages qui parlent de faciliter la séparation entre un salarié et un employeur.
    N'en serions-nous pas là?
    J'ai des doutes! Vous, Syndicats, vous faites les propositions et je pense qu'on peut vous faire confiance.
    Si nos patrons ne veulent pas accepter un juste retour des choses sur l’investissement individuel ou collectif, il pourra y avoir une solution.
    Il faut juste être prêt, tous ensemble pour montrer que nul ne peut être au dessus des lois et de la justice.

    • Personnellement, ca fait longtemps que je suis payé bien en dessous du SMIC.
      On m'a même fait remarquer que je faisais du bénévolat finalement: Tôt le matin, sur le pouce entre 12 et 14 et le soir après les horaires «légales» de fin de journée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici