Tout comme Kali, la divinité hindoue…
Kali, est l’heureuse divinité hindoue dont les multiples bras font sans doute rêver les salariés permanents chez Adecco. Faire toujours plus avec moins d’agences et de salariés, telle semble être l’obsession principale de la direction dont l’objectif déclaré et jamais démenti se résume à l’ambition de devenir « leader par les coûts ». Les agences de centre-ville disparaissent les unes après les autres, au profit d’adresses uniques, souvent situées en périphérie des villes. On y parle encore d' »agences », regroupées sous un même toit, dans un même local, dont les effectifs mutualisés n’ont plus rien à voir avec ceux qui œuvraient dans les agences classiques. Mais, c’est bien entendu un leurre sémantique car il ne s’agit plus d' »agences » mais de codes analytiques mutualisant un espace de travail. Ce sont en fait de grandes agences multi spécialistes aux activités, pour l’instant, administrativement et comptablement segmentées.
Ces « One roof » sous-peuplés préfigurent le modèle du pôle unique, un par ville sans doute, sorte de super-agences en périphérie de chaque grande agglomération et ce n’est évidemment pas un hasard si l’on reparle à nouveau de « patrons de ville ».  Pour l’instant, dans le meilleur des cas, chaque « agence » dispose d’un Directeur d’agence mais qui peut croire un instant qu’il en sera de même dans deux ou trois ans ? Comment imaginer que cette mutualisation des hommes et des moyens épargnera les cadres et notamment les Directeurs d’agence ? Il se trouve encore quelques collègues pour y croire, sans doute pour se rassurer, ce qui est légitime et se conçoit, mais l’évidence s’impose : à mesure des avancées subreptices de la digitalisation, il faudra encore et toujours plus réduire la voilure. Les cadres ont payé le prix fort des différentes réorganisations et je ne peux oublier les propos de l’un de nos experts au Comité central d’entreprise, il y a environ cinq ans, me confiant « Je n’ai jamais vu une entreprise de la taille de la votre ayant diminué par deux le nombre de ses cadres en si peu de temps ». C’était il y a cinq ans et difficile de prétendre que la situation se soit améliorée depuis

Dans les « One roof« , des effectifs squelettiques, installés dans des locaux souvent avenants et bien conçus, s’efforcent de gérer au mieux l’urgence avec les moyens du bord. Certains « One roof » ne comptent en tout et pour tout, par exemple, que cinq salariés pour trois « agences »… Et encore, le CDI tend à figurer parmi les espèces en voie de disparition. Alternants, stagiaires et quelques CDD rescapés constituent souvent le gros des troupes. La précarité s’installe partout et une bonne partie des structures semblent tenues à bout de bras par des stagiaires ou alternants fraichement intégrés. L‘effectif du « One roof » manifeste à l’évidence une fâcheuse tendance à évoluer vers le « One man« …
Le Directeur d’agence n’en peut plus. Pressuré, corvéable à merci, il passe l’essentiel de son temps à gérer l’urgence, aplanir les problèmes, subir la multiplication insensée des reports de chiffres, remplacer les démissionnaires et autres bénéficiaires de ruptures conventionnelles qui se multiplient. Pour la direction, il n’est sans doute pas encore assez essoré puisqu’une réflexion est actuellement menée, sans préjuger d’une éventuelle application ultérieure, sur le sujet du forfait-jours. Nous reviendrons prochainement sur cette notion dont l’effet principal consiste à escamoter la notion de temps de travail et surtout d’horaire. 
Aujourd’hui, plus que jamais, nous conseillons vivement aux Directeurs d’agence, DMS et cadres en général, de se rapprocher de nous, d’adhérer massivement à la CFE-CGC et de s’unir ainsi pour traverser au mieux les périodes difficiles qui s’annoncent. Ne restez pas seul(e) avec vos problèmes, rejoignez une force structurée, active et écoutée par la direction : adhérez à la CFE-CGC. 

Demain sur ce blogue : 
L‘offensive commerciale d‘un acteur de l’intérim digital

8 Commentaires

  1. Bonjour, je suis cadre et DA dans ce type de nouvelle structure qui soit disant amène de la synergie entre les gens.
    Forcée de constater que cette explication et la triste réalité de ce qui se passe et est à venir.
    Cela m'a été confirmé pas plus tard qu'hier. Notre Mille-feuille managériale a, heureusement, des sympathisants…
    Comme il l'ai écrit, beaucoup ferme les yeux sur le sujet en imaginant certainement une utopie mais non, c'est l'avenir.
    Les DA protégés par leur hiérarchie d'aujourd'hui ne le seront peut-être plus demain.
    D'ailleurs la lourde mission incombe à cette hiérarchie de faire son choix sur «le cheval gagnant».
    Cette même hiérarchie préfèrera se séparer pour l'instant des vrais collaborateurs irréprochables pour finir par celles et ceux qui finalement ne sont là que dans le tableau, histoire de…
    2017 sera l'année de la tactique, 2018 sera l'année de la grande stratégie,
    2019 on passera le plumeau pour faire les poussières et monter comme Adecco aura su s'organiser en un temps record.
    On ne parlera surtout pas des dépressions, Burn-out, RC, démissions et autres méfaits qui auront été utilisés pour en arriver là.

  2. Perso j'ai l'honneur de bosser dans un one roof… pendant qu'il y en a 3 qui sont au taquet y en a 3 autres qui regardent, 3 autres que l'on voit jamais…… je fait partie du taquet ras le bol parce qu'en plus en CT rien et les 3 qui glandent ça touche et en plus ca te pique tes candidats… j'ai les boules.
    Et puis l'accueil, mémorable, quand l'heure d'ouverture arrive on attend encore de voir qui va y aller.
    Moralité ambiance de mer… pas étonnant tout ca… diviser pour mieux regner

  3. Le One-Roof… bien manager, ça marche mais trop de coqs sur un même tas de fumier, ça ne marche pas.
    En plus à lire les infos transmises pas les différents interlocuteurs de ce blog, l'avenir me dit que ce système est voué à sa perte.
    A vous les DA de ces agences nouvelle génération mais déjà dépassées, posez-vous la question: Qui restera?

  4. Peu de retours à l'heure tardive à laquelle je me connecte! N'ayez crainte de donner votre avis. L'avis de chacun compte dans l'échange sur les évolutions de notre entreprise.
    Imaginez que notre Gouvernance consulte ce Blog et elle même y mette des commentaires.
    Rappelez-vous les directives ne viennent pas forcement de la France!
    En tous cas, notre ami Suisse est en train de préparer le terrain au travers les médias!

  5. Allez, encore un petit effort les manants, l'actionnaire esquisse un rictus. Une bonne saignée supplémentaire et il pourra continuer à se goinfrer grâce aux dividendes et au formidable programme de rachat d'actions (encore 300 millions ce jeudi).

    Bons baisers de Zurich……et tous en One Roof.

    "Le géant du travail intérimaire Adecco a vu son bénéfice net bondir en 2016 à 723 mio EUR, contre 8 mio l'année précédente. Un important écart d'acquisition avait plombé le résultat en 2015. Le groupe a annoncé jeudi le lancement d'un programme de rachat d'actions de 300 mio EUR. La croissance s'est poursuivie depuis le début de l'année, mais elle s'avère moins importante qu'au 4e trimestre.

    Le conseil d'administration propose de garder inchangé le versement d'un dividende de 2,40 EUR par action, a indiqué Adecco. Les actionnaires auront le dernier mot le 20 avril.

    Au quatrième trimestre, le bénéfice net s'est étoffé de 17% sur un an à 216 mio EUR. Le dernier partiel a été marqué par une accélération de la croissance, soutenue par le marchés français, italien, allemand, autrichien et suisse. La croissance organique s'est fixée à 6%, contre 4% au troisième trimestre.

    Le chiffre d'affaires a crû de 3% à 5,87 mrd EUR alors que le résultat opérationnel Ebita a bondi de 12% à 292 mio EUR.

    Adecco dépasse largement les prévisions du consensus AWP, à l'exception de l'Ebita, qui s'inscrit légèrement en dessous.

    Le conseil d'administration a décidé de lancer un programme de rachat d'actions à hauteur de 300 mio EUR. Cette opération illustre l'engagement du groupe à investir dans le modèle d'affaires, maintenir la flexibilité et gérer la structure du capital au profit des actionnaires, précise le communiqué. Les titres rachetés seront détruits, moyennant l'autorisation de l'assemblée générale.

    En janvier et en février, la croissance organique s'est poursuivie à 4-5%, soit à un niveau inférieur de celle du 4e trimestre. Adecco s'attend en 2017 à la poursuite de conditions de marché difficiles."

  6. C'est chaud ce début d'année quand même! One Roof en force et allègement de la voilure!
    C'est la solution la plus simple vu l'avenir, peut-être!
    Par contre, si passage au forfait cadre, il faudra que la paie soit en face sinon je pointe mes heures!

  7. 5 commentaires seulement sur un sujet comme celui la c'est incroyable! Dormez tranquilles chers collègues l'entreprise va bien s'occuper de vous. Il y a des fois où je me dis que les salariés n'ont que ce qu'ils méritent

  8. Notre Nantais en colère…
    Je te rejoins, de toutes façons, tout le monde écrase. Ca se fait des sourires par devant mais mieux vaut éviter de se baisser pour ramasser la savonnette!
    Personnellement, je pense à ma tronche avant celle des autres, c'est aussi ce que veulent nos boss à mon avis, les spécialistes du diviser pour mieux régner.
    Les One Roof sont des arènes et il ne doit en rester qu'un.
    Ca se regarde en chiens de faïence, ça mange ensemble, ça boit des cafés et dès que le dos est tourné. Hop!
    C'est marrant de voir 2 DA copains comme cochon qui petit à petit son en train de se bouffer, mais avec beaucoup de courtoisie.
    Mon DA ne voit même pas la vague arriver et l'autre, avec son air mielleux qui lui glisse une petite peau de banane!!! encore aujourd'hui: "oh, désolé, je savais pas, en même temps, il aurait pu me dire qu'il était en poste avec vous… tu fais quoi ce week-end sinon?"
    MDR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici