Du 25 juillet au 18 août 2017, rediffusion des articles les plus lus de l’année
Article publié le 13 septembre 2016

On
ne compte plus les réunions supprimées pour limiter les frais, les
radineries mesquines et les mille et une combines pour gratter quelques
euros sur le réseau et par conséquent dans la poche des salariés.
Certains collègues nous disaient il y a quelques mois encore que « de
toute manière maintenant on ne peut plus rien nous enlever ». L’actualité
récente vient hélas de leur donner tort avec la suppression de la
subvention pour les comptes à très faible rentabilité, ceux des clients
exploiteurs qui laissent moins de 6% de marge brute. Il s’agit
d’ailleurs souvent de groupes puissants, parfois affiliés au CAC 40, en
excellente forme, rémunérant grassement leurs actionnaires et dotés
d’une enviable santé. Motif de cette suppression ? Il n’y aurait pas le
retour espéré sur investissement et la mesure coûterait plus cher
qu’elle ne rapporte. Raisonnement à court terme, comme d’habitude, sans
se soucier des conséquences redoutables à venir. Navigation à vue et cabotage alors que nous aurions besoin de capitaines au long cours.




Rappelons
que cette aide avait été mise en œuvre pour inciter les agences à
servir des clients sous accord-cadre facturés à un tarif dérisoire,
d’une part et permettre aux salariés permanents d’entrevoir un peu de
rémunération variable, d’autre part. Cette mesure a été supprimée en
catimini dans la chaleur de l’été, à une période pendant laquelle les
politiciens ont coutume de multiplier les entourloupettes. Sitôt rangés
les tongs et le short, le citoyen se trouve confronté à une série de
hausses tarifaires diverses et variées quand ce n’est pas à
l’application d’une loi dite Travail.




Quelqu’un
pourrait-il maintenant nous expliquer l’intérêt qu’il y aura dorénavant
à travailler avec des clients facturés à un tarif ne permettant
d’escompter aucune rémunération variable ? Pour un petit profit à court
terme, la direction se rend-elle compte qu’elle démotive un peu plus
encore les équipes qui se désinvestiront davantage de ces comptes
financièrement inintéressants ?




Une
fois de plus, nous tirons la sonnette d’alarme mais cela ne suffira
pas. Un certain nombre d’actions se préparent sur lesquelles nous
reviendrons très bientôt. Nous allons avoir besoin de vous comme vous
avez besoin de nous. Toute tentative d’action individuelle, aussi
louable et courageuse soit-elle sera malheureusement vouée à l’échec et à
l’étouffement en silence et dans l’indifférence générale. Il va falloir
jouer collectif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici