Le 18 juin dernier, date décidément mythique, le gouvernement annonçait les principales nouvelles mesures de l’assurance-chômage destinées à tenter de combler la dette de l’UNEDIC en assurant environ 3,4 milliards d’euros d’économie d’ici à la fin de l’année 2021. Les mesures prétendent aussi diminuer de 250 000 le nombre de demandeurs d’emploi.
Il s’agirait donc d’un ensemble de mesures principalement destinées à réduire une dette parmi tant d’autres. 
Rappelons que depuis le 1er octobre 2018, les salariés ne cotisent plus à l’assurance-chômage en tant que tel mais… la financent par la CSG. On mesure le progrès : d’un financement à caractère contributif, nous passions à un financement par l’impôt. Pas certain d’ailleurs que le portefeuille s’y retrouve…

Question ayant-droit, il faudra, à compter du 1er novembre 2019, avoir travaillé au moins 6 mois au cours des 24 derniers pour bénéficier d’une indemnisation au lieu de 4 mois dans les 28 derniers, actuellement. Corollaire du démagogique « travailler plus pour gagner plus », il faudra désormais travailler plus pour percevoir des indemnités chômage. De plus le seuil de rechargement des droits passera à 6 mois (900 heures) au lieu de 150 heures aujourd’hui.

A ces peu réjouissantes nouvelles s’ajoutera, dès 2020, un bonus-malus sur les contributions à l’assurance-chômage, la fameuse taxation des contrats courts, en fonction du taux de CDD et d’intérim de l’entreprise utilisatrice et ceci pour 7 secteurs d’activité dont l’hébergement, la restauration, la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac. Le comptage débutera en 2020 pour passage à la caisse au 1er janvier 2021. Puis, comme abondance de taxes ne peut nuire à un gouvernement rincé, une taxe forfaitaire de 10 euros sera appliquée aux contrats d’usage.

Ces mesures concerneraient les entreprises dont l’effectif est supérieur à 10 salariés mais épargneraient étrangement les employeurs d’intermittents du spectacle, ces enfants gâtés du système. Tout ceci devrait être confirmé par les décrets à paraitre en octobre prochain. Bonnes vacances quand même de la part du gouvernement et bien le bonjour chez vous !

 Vendredi, découvrez sur ce blog notre nouveau tract…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici