En ces temps d’accélération et même de frénésie digitale (cf. notre article de mardi dernier : Adecco 2020 : digitalement votre…), il ne nous parait pas inutile de rediffuser un article de décembre 2015 dans lequel le DRH de l’un des trois majors de la profession prédisait « la fin des réseaux d’agences et des « relations physiques » ». Sans nier l’inéluctabilité de la digitalisation des métiers de services, et par conséquent de l’intérim, nous avons toujours eu à cœur d’en dénoncer les conséquences humaines et sociales. Et sans cesse nous obsèdent ces questions : réaliser toujours plus de profit, mais pourquoi et pour qui ?
 
Recruteur
Au moins les choses deviennent claires et corroborent ce que nous
pressentons et affirmons depuis des années : la profession mène une
course de vitesse dans la contraction des réseaux d’agences avec,
objectif ultime, la ferme intention de dématérialiser à terme l’ensemble
des tâches et du métier. Cet article relevé sur Les Echos.fr est édifiant. A lire et à faire lire



Franck Bodikian  : « C’en est fini des relations physiques »




Le DRH de Manpower Group France et de
Manpower en France était l’invité de l’émission « Confidences de DRH »
proposée par l’ANDRH et « Les Echos  ».


Transformation digitale. « La relation est désormais omnicanale. C’en est fini des pas-de-porte,
des agences et des relations physiques
. La question qui se pose
désormais est de savoir comment nourrir la relation avec les
intérimaires, les clients et les salariés. Les options sont les
suivantes : doit-on conserver des vitrines ou des agences ? Etre présent
chez le client ? Quelles opérations faire à distance et avec quelles
applications ? Après avoir testé 9 pilotes d’organisations différentes,
les scénarios sont actuellement mis en œuvre à grand renfort de
formation sur les outils numériques, la relation client et la gestion du
changement. »



Recrutement. « Ce projet, baptisé “Envergure”, a renforcé le rôle de
recruteur de Manpower puisque nous engageons 100 consultants en
recrutement et mettons en place 50 cabinets de recrutement au sein de
nos structures pour être au plus près de nos clients. »




Intégration des cultures. « Au sein de nos filiales, le challenge est
d’accueillir la croissance externe, de mettre tout le monde au travail
et de créer du lien autour de cultures communes. »


Son défi. « L’enquête interne, qui prend régulièrement le pouls des
salariés, a révélé récemment un printemps, un bourgeonnement, après des
années de tassement. Mon projet est de faire en sorte d’entretenir cette
flamme, que cela dure ! »


Ses modèles. « A la faculté d’Aix-Marseille, je suis tombé amoureux de
sociologues et d’économistes. Quand je cherche de l’inspiration,
je me retourne invariablement vers mes classiques, Max Weber et
Keynes. »




Interview réalisée par Muriel Jasor




Source : Les Echos.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici