Si l’industrie automobile parvient à surmonter ses difficultés et à survivre à l’avalanche de normes plus draconiennes les unes que les autres et aux diktats de Bruxelles, on ne pourra malheureusement pas prétendre que c’est grâce à notre entreprise.

En effet, la consultation des véhicules de fonction parmi lesquels le cadre peut choisir montre une large prépondérance – jusqu’à 75% de l’offre selon les sélections – des voitures asiatiques au détriment des véhicules français qui ont pourtant toujours figuré parmi les premiers clients de l’entreprise. Ingratitude, quand tu nous tiens ! Il est loin le temps où l’entreprise préconisait fortement l’achat de véhicules français pour les véhicules personnels comme pour les voitures de fonction. Il s’agissait alors d’encourager et d’accompagner le développement d’entreprises nationales en même temps que de proposer un juste retour à des entreprises clientes employant des milliers d’intérimaires.

Dans le choix proposé ce jour, nous découvrons une sélection de 4 véhicules, Une hyundai Kona, une Hyundai Ioniq, une Toyota Corolla et, quand même, une Renault Megane Estate. La marque nationale qui, soit dit en passant, se porte un peu mieux depuis que son ex-PDG est en cavale, représente donc le seul modèle français (et européen) proposé, soit 25% de l’offre.

De toutes parts et indépendamment de ces considérations sur le patriotisme économique vers lequel nous devions nous diriger, un patriotisme subitement redevenu à la page lors du premier confinement, nos collègues cadres nous remontent leur mécontentement face au choix proposé des véhicules de fonction. Toutes les sélections ont discrètement été revues à la basse sans aucune annonce, ni consultation. Nous rappelons que le véhicule de fonction fait partie d’une enveloppe globale et qu’il est lié à un statut et à une fonction. C’est, indirectement, l’une des composantes de la rémunération. Il en a toujours été ainsi dans toutes les entreprises et d’ailleurs Adecco a toujours prévu des niveaux de sélection différents en fonction des poste occupés et de la classification. Jamais le niveau 5 n’a eu le même choix que le niveau 6 ou 7. Il en va ainsi dans toutes les entreprises et nous avons presque honte de revenir sur pareille banalité.

Mais aujourd’hui, ce sont toutes les sélections qui ont été revues à la baisse. A ce train-là, nous finirons bien à devenir (ou rester) leader par les coûts mais au prix de quelle démotivation….

2 Commentaires

  1. Et après on te demande de représenter l’entreprise dans des clubs d’entreprises, dans les réseaux etc… Et je te dis pas l’image de « pauvre » que cela donne au niveau des clients, la honte
    BRAVO LES ACHATS chez nous !! mettez vous un peu à la place des collaborateurs en agence et en particulier des DA !! franchement !!! c’est lamentable

  2. Et ca continu la dégringolade des petits avantages, bientot des zoe pour tous…
    C’est encore une fois une baisse du statut et de la rémunération des salariés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici