Non, rassurons-nous, il ne s’agit pas du crépitement d’armes automatiques mais de l’expression d’un vieux mantra remis au goût du jour : le TAC, le tableau d’activité commerciale censé mesurer et rendre compte de l’activité commerciale de chacun, puis par consolidation, des zones, DO… En fait le suivi de l’activité commerciale, théorique tout au moins, de l’ensemble des équipes et forces de vente. On en connait les limites et les dérives mais il convenait avant tout et il convient toujours, nous allons le voir, d’afficher un “bon” TAC.

Certaines déclarations lancées dans l’euphorie du dernier Kick-Off en avaient surpris plus d’un et nombre de nos collègues avaient pris pour argent comptant ce qui nous apparaissait à nous parfaitement utopique : la quasi-disparition du TAC ou tout au moins sa relégation au second plan. On se souvient même d’un vibrant “Le TAC je m’en fous” qui, pour avoir un instant fait vibrer et ému l’assistance sur le coup, nous avait laissé perplexes.

L’annonce avait quand même de quoi stupéfier après des années de matraquage et d’insistance pesante qui avaient transformé ce simple outil en alpha et oméga de l’activité commerciale.

Eh bien trêve de suspens : Cendrillon est redevenue citrouille et les incantations au sacrosaint TAC ont repris de plus belle, contrôles renforcés à l’appui. C’était une fausse informations, une “fake news” comme disent les journalistes sortis de l’ESJ.

Pourtant, si le TAC, ses obligations chiffrées et sa traçabilité favorisaient le développement commercial et la conquête de parts de marché, cela se saurait. S’il contribuait à redonner du sens, de l’envie et à épauler la performance, même et surtout dans un contexte et une conjonctures difficiles, nous en aurions entendu parler. Hélas, chacun sait ce qu’il en est et les chiffres sont bien là pour nous le rappeler impitoyablement. J’adore cette définition de je ne sais plus qui, affirmant que la folie c’est faire toujours et même toujours plus de ce qui ne marche pas. Depuis des années, nous répétons que ce n’est pas ainsi que nous reprendrons des parts de marché et que la vision et le suivi purement arithmétiques de l’activité commerciale ne nous en rendrons pas le moindre point.

Non, cette année nous ne reprendrons pas même un point de part de marché et, dans le meilleur des cas et avec beaucoup d’optimisme nous ne ferons, peut-être, que stopper la glissade, ce qui est d’ores et déjà s’avère loin d’être évident. Nous en appelons maintenant au sursaut de la direction et à la mise en œuvre d’une politique managériale et salariale motivante, équitable, lisible et pérenne. Vite.

9 Commentaires

  1. Sur ma zone c’est TAC matin midi et soir. On ne se bouge pas pour gagner des clients mais pour être clean sur le TAC

  2. La concurrence aussi est sur le terrain. Ce sera déjà bien si nous arrivons à maintenir les clients et les candidats ou les intérimaires chez nous

  3. Je rêve de voir Gérard M ou tous les DO faire un vis ma vie en agence sur une fonction d’ATC ou de CHAFF.
    Ils seraient en panique au bout de 48 heures.
    Faut il faire du tac ou servir des commandes ?

  4. Faire du TAC à tout prix et enregistrer les appels téléphoniques comme des visites lol
    Et c’est reparti comme avant !! MDR le truc qui sert à rien … si ce n’est leur donner bonne conscience pour Zurich !

  5. QUAND L’ENTREPRISE VA COMPRENDRE QU’IL FAUT RELANCER LES RECRUTEMENTS D’ATC !!!

    Je comprends pas comment une entreprise comme la notre ne relance pas un grand plan de recrutement sur des ATC par agence, par bassin, etc… ILS VERRAIENT LE RESULTAT DE SUITE C CLAIR, c’est hallucinant !

    • Je pense hélas que le mal est fait. Chez nous sur le bassin Nantais et Nazairien les agences n’ont plus aucune crédibilité. Les onsite également. La fin d’une marque ?

  6. Bizarrement, sur mon bassin d’emploi, les ETT qui marchent bien sont celles qui attirent les intérimaires grâce à un CE digne de ce nom, qui redistribuent les profits via la participation aux bénéfices, des EPI logotés, j’en passe…
    A l’interne, qui rémunèrent correctement voir très correctement ses permanents et qui côté client, pratiquent des prix raisonnables !!
    Chez nous, pas de participation aux bénéfices, des CE aux abois faute de budget, des permanents qui font face à un système de rémunération incompréhensible, des budgets globalement inaccessibles, les fonctions recrutement mal considérées….des clients HAN qui se lassent de nos pratiques commerciales d’augmentation, de revalo, de remédiation (on en sait même plus comment les nommer) annuelles voire bi annuelle…
    J’ai ai la sensation que cela fait beaucoup pour nous permettre de reconquérir ces fameuses PDM
    Oh mais où ai je la tête ? Notre actionnariat se moque bien de mes états d’âme !!! leur seule mot d’ordre = profit mais pas pour nous.
    Bon courage à tous.

  7. Quant c est la finance qui est au ordre des actionnaires ça donne ça …des PDM en berne, des équipes au bout du roulot avec des salaires de misère
    Plus personne n y croit et travaille pour le salaire que la direction leur donne c est à dire pas grand chose
    Quant l’ancienne garde va partir ça va être un festival le turn over mais les actionnaires s en foutent Royal ils auront toujours leurs dividendes

  8. Quand est-ce qu’a la direction ils vont ouvrir les yeux ???
    Ce temps que l’on a pas à faire ce foutu TAC pour mieux nous fliquer
    Quand on sait tous que c’est que du fake
    Vraiment n’importe quoi !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici