La volonté de la direction de retrouver une position au moins décente sur le marché du tertiaire – historiquement le premier marché de la profession – nous apparait tout à fait louable et même évidemment nécessaire. Les plus anciens ont connu cette période où Adecco tenait une position particulièrement forte dans ce domaine avec, notamment, des agences spécialisées “tertiaires” dans chaque ville. Rien que pour une agglomération comme celle de Lille, vous aviez trois agences exclusivement “tertiaires” dans la ville intra-muros – sans parler des agences informatique, Télémarketing… plus une agence à Roubaix et une autre à Tourcoing. Toutes rentables et certaines affichant en haute saison 2 à 300 intérimaires voire davantage au planning. C’était près de 1 000 intérimaires “tertiaires” pour une ville comme Lille. Qu’en reste-t’il aujourd’hui ? Nous n’osons publier le moindre chiffre mais la situation peut apparaitre désespérée à ceux qui ont connu cette organisation de type spécialisation.

La reconquête voulue et annoncée s’annonce laborieuse si l’on tient compte de la donne actuelle. Il faudra déjà commencer par canaliser la concurrence entre LHH, Adecco Recruitment (DO Perm in French) et les agences, ce qui ne sera pas une mince affaire…

Et puis quelle place tiendra alors l’agence dans cette stratégie de reconquête et dans un marché dont les contacts s’effectuent essentiellement à distance et de façon digitale ? La question mérite sans doute mûre réflexion.

De plus, cette louable volonté de reprendre pied dans le marché tertiaire s’inscrit dans un contexte de folle accélération du recours à l’IA générative dont chacun sait les menaces qu’elle fait peser tout particulièrement sur les emplois tertiaires (assistants en tous genres, conseillers bancaires et autres, télé-opérateurs, cadres…). Quel avenir donc pour ce marché qui fut le joyau de l’entreprise ?

Et que dire aussi des probables difficultés d’un fonctionnement transversal maillant le Delivery central, les agences, les ex-PME et, nous l’avons vu, LHH et Adecco Recruitment. L’animation ou plutôt les animations commerciales empilées, croisées, concurrentes et souvent télescopées donneront probablement du fil à retordre à leurs animateurs…

Même si l’on reparle, à mots de moins en moins couverts, de spécialisation, notamment chez DACO, impossible d’ignorer que le marché tertiaire n’en est pas un à part entière puisqu’il existe des emplois tertiaires dans chaque secteur d’activité et même chaque entreprise.

Pour conclure, si nous nous réjouissons de la volonté de la direction de reconquérir un positionnement avantageux dans le secteur d’activité tertiaire, impossible pour autant de se voiler la face : la démarche n’aura rien d’une promenade de santé…

10 Commentaires

  1. C’était mieux avant !
    Désolé de le dire comme un vieux con présent depuis plus de 20 ans chez Adecco, mais oui c’était mieux avant !!! Alors certes il y avait moins de concurrents, les intérimaires étaient plus fidèles etc…
    Mais on avait des agences spécialisées avec un DA par agences et une équipe au service de nos clients et intérimaires.
    Evidemment ça faisait beaucoup de monde 900 agences avec mini 3/4 personnes par agence.
    Et puis un jour la direction a eu une idée de Génie, faire des HUB ! moins de DA, moins de locaux on regroupe tout ce sera top, si on a un gros client on créera un Onsite, si c’est une petite entreprise on les enverra chez PME avec une politique de prix élevé pour compenser les AN, au passage on fermera aussi quelques agences de campagne jugé peu rentable…
    Quelques années après nos effectifs agence ont fondu grâce à la digitalisation et la modernisation de nos outils informatique, les équipes se sont épuisés et sont souvent partie sur le trottoir d’en face, nos clients ont trouvé plus de réactivité et un meilleurs suivie chez nos concurrents, les équipes des HUB sont devenue solitaire et non plus solidaire.
    Du coup on démantèle les HUB et PME pour refaire des agences spécialisés, et on regarde dégoutté les PDM qui s’effondrent !
    Bravo ! Bien joué la Direction !
    Pendant qu’on cherchait à faire des économies coûte que coûte sur les ETP, nos concurrents ont investis, grandis, et grignoté nos PDM.
    Alors aujourd’hui ça va être rude, sur le Tertiaire comme sur le BTP pour récupérer nos clients perdus ! Il va falloir de l’engagement et beaucoup de travaille de la part des équipes qui sont de plus en plus jeunes, et se battre face à nos anciens collègues expérimentés qui se gavent depuis qu’ils sont à la concurrence, car on a pas été fichu de les garder avec nos salaires et avantages bien moins disant que les autres…
    No Pain No Gain !!!

  2. C’est désolant quand on y pense, quel gâchis ! Que de licenciements aussi de collègues efficaces et dévoués dont on a pensé pouvoir se passer.
    Toutes ces erreurs stratégiques ont bien fait rire concurrence qui s’est installée tranquillement
    Récupérer tous les clients c’est mission impossible désormais

  3. quand je pense que nous avions il y a plus de 25 ans des agences spécialisées qui cartonnaient !! on a vraiment bien gagné notre vie à l’époque mais c’était il y a bien longtemps ! rechercher un marché tertiaire perdu à l’ère de l’IA est une gageure perdue d’avance … bon courage !

  4. ils se posent la question mais pourquoi tant de baisses de nos PDM.. TOUT est dans la réponse du premier commentaire, on a alimenté avec leurs conneries la concurrence : HALLUCINANT !
    Des erreurs majeurs de stratégies au profit de la finance, tout ça pour entendre aujourdhui l’ouverture de nouvelles agences BTP / NUCLEAIRE / TERTIAIRE;;; on peut ouvrir le transport aussi

  5. Très vrai malheureusement et il n’y a pas qu’à Lille que c’est dégringolé mais dans toutes les villes. Depuis la fin des agences tertiaires c’est la cata. Idem en BTP. C’est bien d’essayer de reconstruire mais ça va être coton !

  6. Et celui qui est à la l origine de cette merveilleuse stratégie (Adecco 2020 etccc )est toujours là ….et il enchaîne et les décisions malheureuses
    Arrêtez de taper sur les agences et le réseau , le problème n est pas là …

  7. Sur notre zone du 44 les agences situées sur les 2 plus grandes villes sont en chute libre. Le BTP n’existe plus depuis longtemps. Il est temps que les responsables tombent plutôt que d’aller faire des opérations coup de poing qui ne servent plus à rien. A force de retourner leur veste ils ont attrapé froid.

  8. Quand des clients vous disent qu’ils ne comprennent pas que l’on soit si peu en agence pour gérer leurs demandes et notre quotidien, vous avez tout compris !
    Chez Adecco, c’est le cours de l’action à la bourse qui fait la politique de l’entreprise au quotidien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici