Téléphones fixes sans fil, portables, wi-fi, 3G, relais téléphoniques, i-phone, etc… les appareils de communication rendent d’immenses services  et l’on pense qu’il serait difficile de s’en passer mais qu’en est-il de leur rôle, à plus ou moins long terme, sur la santé des individus ?
C’est un domaine où l’on peut tout affirmer et son contraire et d’ailleurs les études contradictoires se multiplient. Pour y voir un peu plus clair, il ne faut jamais perdre de vue que les télécommunications représentent des enjeux de plusieurs centaines de milliards d’euros, ce qui devrait inciter à la plus grande prudence sur la neutralité ou non desdites études.
Pas question de renoncer aux avantages apportés par toute la batterie des appareils de communication sans fil mais est-ce une raison pour ne pas vouloir savoir ? Le minimum serait de s’en tenir au principe de précaution et à une utilisation modérée.

Il existe même une directive européenne (2004-40 CE) mentionnant les prescriptions minimales de sécurité sur le sujet et pas besoin d’être grand devin pour comprendre qu’au fil des découvertes scientifiques la législation, les directives et les préconisations restrictives se multiplieront. Aux entreprises aussi de s’organiser pour limiter au mieux la surexposition de leurs salariés afin de préserver leur santé, et ce avant même la publication de preuves plus ou moins accablantes.

Travail et Sécurité, revue de l’INRS, publie une passionnante étude d’une quinzaine de pages sous le titre « Champs électromagnétiques, invisibles mais bien présents ».
Pour accéder à cette étude, cliquer ici

Vous pouvez aussi visiter notre site officiel CFE CGC Adecco 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici