« Noël interdit » n’est pas seulement le titre d’une belle et poignante chanson de Johnny Hallyday, c’est aussi la triste réalité que vont connaître, comme chaque année, un certain nombre de salariés chez Adecco. Mutations forcées (suivez mon regard en direction de Clermont-Ferrand, entre autres), entretiens préalables à un licenciement, pressions excessives, dégradation des conditions de travail, réductions d’effectifs continues, insalubrité constatée et durable de certaines agences (suivez mon regard vers l’Oise, entre autres), j’en passe et des pires…
Pour eux pas question de la fameuse trêve de Noël, fête religieuse majeure, bien sûr, mais aussi familiale, conviviale et chaleureuse. La plus belle sinon l’une des plus belles fêtes de l’année. Pendant la préparation de cette fête, un certain nombre de nouvelles nous parviennent qui reflètent une situation difficile, voire très difficile. L’embellie économique et l’amélioration sensible de l’activité et des résultats semblait porteuse d’un assouplissement du cadre de travail, d’un début de détente au quotidien. Hélas, il semblerait qu’il n’en soit rien ou tout au moins pas partout.
Pour l’an qui vient, offrez-vous un cadeau utile : adhérez à la CFE CGC, le syndicat qui défend systématiquement tous les salariés, sans compromission ni faux-semblant.
Pour mieux connaître nos actions et prises de position, n’hésitez pas à consulter nos 750 articles actuellement en ligne en cliquant dans la marge de droite de ce blog sur les libellés classés par ordre alphabétique. 
Pour adhérer, cliquer ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici