La CFE-CGC, qui avait refusé de signer le compromis patronat-syndicats sur les régimes de retraites complémentaires Agirc (cadres) et Arrco (tous salariés), veut attaquer le texte en justice, a indiqué samedi le syndicat. « Nous sommes en train d’examiner la faisabilité » de porter l’affaire en justice, a indiqué un porte-parole à l’AFP, confirmant une information du Figaro.

Pour la CFE-CGC, cet accord, qui a été validé après avoir été approuvé fin mars par la CFTC, Force ouvrière et la CFDT, « ne permet pas de défendre le niveau de nos retraites complémentaires » et « remet en cause les droits acquis en matière de retraite ». Il « impose de nouvelles mesures qui sont globalement plus coûteuses pour les deux régimes (plus 500 millions d’euros), tout en organisant des transferts au détriment de l’encadrement », estime l’organisation dans un message publié sur son site internet.

La CGT avait elle aussi refusé de signer le texte.

Une association familiale, l’Union des Familles en Europe, a également annoncé son intention d’attaquer l’accord en justice, pointant qu’il diminuait les bonifications accordées aux familles nombreuses des cadres.

Source : Le Figaro du 16 avril 2010 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici