La loi de réforme des retraites de 2010 stipule très clairement un allongement progressif de la durée de cotisation pour bénéficier de la retraite à taux plein. Les bornes de départ à la retraite ont en effet été repoussées à 62 et 67 ans contre, respectivement, 60 et 65 ans. Le récent tapage médiatique sur les premières mesures de recul de l’âge de la retraite pour la génération 1955 ne sont par conséquent rien plus qu’un petit remue-ménage médiatique sans intérêt puisque les choses étaient convenues. Ainsi,la durée de cotisation a été portée à 41 ans et 3 mois pour les générations 1953 et 1954 et seraportée prochainement à 41 ans et 6 mois pour la génération 55.
Mais le plus important n’est pas là et c’est ailleurs, comme d’habitude, qu’il faudra aller le chercher. Par exemple, l’âge de 62 ans n’est-il pas tout simplement virtuel pour tous les jeunes qui poursuivent des études supérieures ? Ou tout simplement pour tous ceux qui peinent à trouver un premier emploi ? La majorité d’entre eux devra, chacun le pressent, travailler jusqu’à 70 ans et sans doute plus. Mais nous revenons toujours à notre question : où travailleront-ils jusqu’à cet âge avancé quand on sait que les entreprises  ne recrutent guère plus, ou de façon marginale, les plus de quarante ans ? 
Il y a un peu plus d’un an, sur ce blog, le 10 juin 2010 pour être précis, nous avons à peu près tout dit sur le sujet, dans un article intitulé « Travailler plus longtemps, mais où ? ». A le relire, il n’y à pas un mot, ni une virgule à en retirer.
Question pertinente et impertinente à la fois : combien de salariés du privé arrivent à la retraite à l’âge légal, c’est-à-dire avec la perspective d’une pension à taux plein (ce qui constitue déjà en soi une sacrée baisse de rémunération) ? Combien autour de vous, dans votre famille, chez vos proches ? Et chez Adecco, combien de collègues parviennent à la retraite à l’âge légal ? Dans votre secteur ? Votre région ?
« Eh ben j’vais vous le dire » comme dirait un homme politique connu. Le très officiel rapport 2010 Adecco sur l’égalité hommes/femmes fait état d’un seul et unique départ en retraite en 2010. Il s’agit, nous apprend ledit rapport, d’une femme, responsable de recrutement. Il n’y aura donc eu en 2010, chez Adecco France, qu’une seule salariée (sur environ 3 500 salariés) pour arriver au bout de son parcours professionnel. 
C’est donc de toute évidence l’exception et à cette heureuse « rescapée », nous offrons bien volontiers une bouteille de Champagne de marque (inutile de faire de la publicité) à la seule condition qu’elle nous contacte et nous communique uniquement les détails utiles à son identification.
Elle n’est peut-être pas lectrice de ce blog, aussi, avis général à l’ensemble des collaborateurs Adecco France, si vous connaissez cette ex-responsable de recrutement, merci de nous donner ses coordonnées afin qu’elle reçoive au plus vite son cadeau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici