Quelle que soit l’importance et l’état de santé d’une entreprise, il est de bon ton de se plaindre quand les affaires sont difficiles et de ne surtout pas se réjouir quand elles sont florissantes. Tout comme le paysan traditionnel, le dirigeant de grande entreprise trouvera toujours à ronchonner sur la conjoncture, les bénéfices ou sur n’importe quoi. Avouer la prospérité serait s’exposer aux importunes revendications des clients comme des salariés bougons.

Il faut toujours, de préférence avec une expression du visage façon mater dolorosa, se plaindre au moins un peu : « Ah ! mon bon Monsieur, ce n’est plus ce que c’était !« … « On a eu de bonnes années, mais maintenant… » tout en enfouissant ses picaillons sous le matelas ou dans la paille.

Tout ça pour dire qu’après obtention de toutes les autorisations, le groupe Adecco vient de finaliser l’achat de l’américain Drake Beam Morin (voir notre annonce du 26 juillet), spécialiste du changement de carrière et développement des talents. L’entreprise achetée pour 149 M€ a généré un chiffre d’affaires de 84 M€ en 2010.

DBM intégrera l’unité Lee Hecht Harrison et, selon la presse spécialisée, cette reprise devrait avoir un impact positif sur le bénéfice par action dès la première année. Pour les salariés, rien ne semble prévu pour le moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici