C’est avec un étonnement croissant que vos élus CFE CGC constatent depuis plusieurs mois déjà, lors de leurs visites régulières dans les agences, que dans certaines d’entre elles, le nombre d’appels et de visites d’intérimaires se raréfie.
Parallèlement, nous notons avec satisfaction la demande des salariés permanents de la plupart des agences visitées de davantage de contacts avec les élus et délégués syndicaux mais malheureusement ces derniers, peu nombreux, ont à couvrir un vaste territoire et surtout un nombre important de sites. Pour faire partie des agences que nous visiterons en priorité, vous pouvez appeler Ingrid (06 76 14 01 07) qui transmettra à l’élu le plus proche de votre lieu de travail. Celui-ci conviendra alors avec vous d’une date de passage.
Mais revenons à notre question initiale : « Mais où donc sont passés les intérimaires ? ». Nous avons peut-être quelques éléments de réponse à cette question essentielle. C’est, en effet, une véritable chasse au trésor que représente maintenant, bien souvent, la recherche d’une agence Adecco : pas de panneau indicateur, agences retranchées dans des zones industrielles, ou discrètement nichées dans les étages au-dessus d’enseignes commerciales, anonymat des façades et portes d’entrée, Pages jaunes non mises à jour… la quête s’avère de plus en plus difficile et il faut parfois être doté de véritables talents d’enquêteur pour aboutir à l’agence recherchée.
Mais il y a sans doute une cause plus sérieuse encore pour expliquer la désertification de certaines agences, c’est la fuite de nombre d’intérimaires.
La fuite ? Comme vous y allez !
Pas tant que ça. A force de manque de représentation du personnel et des inconvénients qui en découlent (absence de cadeaux de fin d’année et chèque rentrée pour Ouest-Nord, par exemple mais ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres), la disparition depuis deux années de la participation aux bénéfices, le manque de gadgets et le manque d’effectifs disponibles pour une vraie relation partenaire, nombre de salariés intérimaires, parfois très qualifiés, désertent nos agences pour aller proposer leurs services à des enseignes concurrentes perçues comme plus généreuses.
Nous avons souvent déploré et dénoncé l’absence de politique de fidélisation des permanents mais c’est à présent aux salariés intérimaires de jouer les filles de l’air. Leur inscription et la gestion de leur dossier totalement informatisées, un manque de temps disponible pour la relation en face-à-face, des agences difficiles d’accès, un manque de moyens et notamment de cadeaux, semblent avoir raison de leur patience et nos recruteurs, dépités et impuissants, constatent une inquiétante fuite des compétences et talents qui rend un peu plus difficile encore leur mission.
De plus, nous rencontrons dans chaque région des agences aux structures affaiblies auxquelles manque cruellement l’une ou l’autre des fonctions essentielles. Tantôt c’est une carence de Directeur d’agence, tantôt c’est le responsable de recrutement qui manque à l’appel, parfois les deux… Ici ou là, c’est un stagiaire ou un apprenti qui semble tenir à bout de bras l’édifice, épaulé par un CDD récent ou sur le départ.
Des organisations brinquebalantes et amoindries mettent à mal des salariés courageux et impliqués qui s’efforcent résolument de sauver l’essentiel. Mais jusqu’à quand ? Où va-t-on ? Ce sont les deux questions majeures que ne manquent pas de se poser les permanents soucieux de leur avenir et de celui de leur entreprise.
Jeudi 29 septembre :
François Davy publie « Une société heureuse au travail »

Vendredi 30 septembre :
« Urgent, cause pb. financiers vds yacht 17 m »

2 Commentaires

  1. Bonjour

    Je suis intérimaire pour adecco depuis un peu plus de 2 ans maintenant.

    Nous avons avec mes collegues le sentiment(c'est malheureusement une réalité) d'etre abandonné par adecco au sein de l'entreprise utilisatrice.

    Que seul compte les interets des dirigeant d'adecco et de l'entreprise utilisatrice.

    Vous parlez de participation aux bénéfices inéxistante.

    Mais alors que dire d'un 13eme mois étrangement donné a certain intérimaires et pas a d'autres au sein de la même entreprise utilisatrice.

    Lorsque vous contacter votre agence adecco pour connaître les condition d'attribution de ce 13eme mois, la réponse est toujours la même (reporter vous a la convention colléctive de l'entreprise).

    Hors au sein de l'entreprise utilisatrice il y a une convention collective et un accord d'entreprise.

    Dans la convention :
    6 mois consécutif

    Dans l'accord entreprise :
    6 mois consécutif ou non

    Nous voyons des intérimaires ayant travaillé 1200 heures sur l'année sans faire 6 mois consécutif toucher un 13eme mois.

    Alors que d'autres intérimaires n'ayant pas fait les 6 mois consécutif mais ayant travaillé 1600 heures sur l'année ne touchent rien.

    Sans oublier les augmentations de salaires percuent par les employés en CDI répercuté avec plusieurs mois de retard sur nos fiches de paies.

    Ou bien encore les matin (5 heure du matin) ou l'ont nous dit vous ne travaillé pas aujourd'hui, désolé que vous vous soyez déplacer mais adecco a oublier de vous prevenir.

    Il y aurait encore beaucoup de chose a dire…

    Pascal

  2. Bonjour,

    Il y a quelques temps je me suis présenté dans une de vos agence, je n'avais pas passé le pas de la porte, que la charmante assistante m'expliquait de me rendre sur ADECCO.FR pour effectuer mon inscription en ligne ! Elle n'a même pas pris mon CV que j'avais pourtant préparer avec attention…
    et ne m'a même pas fait assoir !
    Une autre enseigne, certe moins renommée, m'a reçu immédiatement.

    Alors, ne vous étonnez pas !

    Vos intérimaires sont chez eux, devant leur écrans.

    Bonne continuation.

    Dany

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici