Bernadette (pseudo, bien entendu), responsable d’un site Adecco à XYZ se souviendra sans doute longtemps de l’agression dont elle a été victime, lundi dernier, de la part de l’un de ses candidats. Après avoir tenté de l’étrangler puis l’avoir menacé d’un couteau, le candidat intérimaire s’est retranché chez lui d’où il a accueilli à coup de fusil les forces de l’ordre, déployées en force autour de son habitation. De fins négociateurs ont fini par avoir raison de son accès de folie et permis d’éviter l’irréparable.
C’est vraisemblablement la conjonction d’une exclusion durable, de la précarité, de l’extrême pauvreté qui en résulte, aggravée ou causée par un désordre mental associé à un certain nombre de pathologies physiques qui explique en grande partie le drame évité de justesse dans cette petite commune du XYZ.
Quoiqu’il en soit, le forcené sans emploi depuis des années, surendetté, malade et inapte au travail a finalement été interné en hôpital psychiatrique sur certificat du médecin appelé pour la circonstance.
Nous exprimons toute notre solidarité à Bernadette et aux membres de l’équipe de l’agence, tous sérieusement traumatisés et pris en charge par l’IAPR. Notons aussi la proximité et l’implication de l’équipe de direction régionale ainsi que le soutien actif et réconfortant du directeur de secteur.

Lundi 26 septembre : 
Mais où sont passés les intérimaires ?

Jeudi 29 septembre :
François Davy publie « Une société heureuse au travail »

Vendredi 30 septembre :
« Urgent, cause pb. financiers vds yacht 17 m »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici