Incantations au « retail » et au BTP
De semaine en semaine, les indicateurs Prisme confirment, hélas, une érosion constante de nos parts de marché, c’est-à-dire de la part relative que parvient à se tailler l’entreprise dans un marché lui-même en régression, ce qui n’est un secret pour personne. L’explication officielle attribuerait cette fâcheuse tendance à une politique tarifaire volontariste et, notamment, aux récentes revalorisations plus ou moins cavalièrement  appliquées.
Faut-il pour autant incriminer la seule politique tarifaire et la nécessaire revalorisation des prix ? Ne faudrait–il pas plutôt établir, un jour ou l’autre, l’impartial bilan d’un certain nombre de carences et d’erreurs passées dans la gouvernance du groupe ? 
Prenons simplement deux exemples : le développement du « retail« , c’est-à-dire de la clientèle des petites entreprises ou du diffus si l’on préfère, et celui du BTP. Depuis combien d’années entendons-nous des incantations et des invocations nous enjoignant de développer la clientèle diffuse, les PME, afin de limiter la part des accords cadre dans notre chiffre d’affaires et de stabiliser ainsi un volume d’affaires  plus sécurisé ? Avec quels résultats ? Poser la question, c’est malheureusement y répondre. Les mêmes incantations nous rebattent les oreilles depuis des lustres, sans plus de succès semble-t-il. A-t-on grappillé ne serait-ce qu’un malheureux pour cent de part de marché dans le secteur BTP ces dix dernières années ? Non, bien au contraire… et nous passerons ici pudiquement sur les chiffres.
Nous n’évoquerons pas non plus la stratégie de cette dernière décennie concernant Adia mais nos experts ont tout dit et écrit sur le sujet. Il faudra bien y revenir car, comme en histoire, la connaissance du passé permet de mieux appréhender le présent.
Alors ? Qu’en déduire ? Pourquoi tant de tergiversations, restructurations et autres bougeottes qui, pour l’instant et sur ces deux sujets, n’ont pas produit le moindre fruit, même racorni ? Aura-ton un jour le courage de mener une analyse rigoureuse jusqu’à son terme et d’en accepter humblement les conclusions ? Pour notre part, nous nous contentons d’apporter très régulièrement sur ce blogue des éclairages qui pourraient y contribuer. Des remarques et critiques justifiées permettent, selon nous, de faire avancer les choses à condition de ne pas penser comme Frédéric Dard qui affirmait : « Je hais les mauvaises critiques, surtout si elles sont fondées« .

Demain, sur ce blogue, ne manquez surtout pas
Manpower s’envoie en l’air (interdit aux moins de 18 ans)

12 Commentaires

  1. et à cela rajoutons une démotivation totale des équipes sur le terrain. Nombreux sont les collaborateurs qui ont perdu toutes motivations, envie et espoir envers notre très chère société. Le point de rupture est marqué. Nous ne rebondissons même plus sur les réorganisations, taches supplémentaires à faire et surtout à venir, la colère est passée. Notre grand patron veut que les congés soient un moment de réflexion pour n'avoir à la rentrée que des collaborateurs motivés ayant l'esprit de conquête. Que nous propose-t-il pour nous remotiver??? Rien.
    J'ai bien l'impression que l'âge d'or d'adecco est passé et que malheureusement leurs stratégies nous conduisent vers un mur.

  2. quel dommage, c'est un beau gâchis car Adecco était un merveilleux groupe avec de belles valeurs… mais ça c'était avant.

    Je vais vous dire ce qui ressort de votre enseigne d'un point de vu extérieur :

    – Aucun respect de votre personnel, on sent en rentrant dans vos agences un réel raz le bol général, les permanents sont débordés et non disponibles pour un accueil de qualité. Je ne les blâme pas, car pour avoir patienter un moment, je n'ai pu que constater le sous effectif.

    Pas de respect pour les intérimaires "humains" je vous le rappelle, on a pas forcément envie de s'entendre dire : Allez sur internet vous inscrire merci au revoir ! j'ai envie de vous dire que vous avez perdu en qualité depuis la mise en place de votre formidable nouveau logiciel.

    1/2

  3. 2/2

    Et enfin le client : qui se trouve avec des intérimaires délégués qui ne correspondent pas forcément à son attente, pourquoi ? tout simplement car comme pour le reste vous travaillez comme des robots sans pousser vos recrutements dans le fond, vous n'avez plus le"truc" le "ressenti"

    Ce qui vous dirige aujourd'hui : le fric, votre personnel, vos intérimaires, vos clients ne représentent que des pompes à fric.

    Gagner de l'argent c'est honorable et normal pour une entreprise, mais il faut savoir le faire intelligemment, proprement, honnêtement, comme vous saviez si bien le faire avant. voilà ce qui a fait le grand et bel Adecco.

    Alors que les autres entreprises auraient du prendre exemple sur vous, il s'est passé le contraire, vous avez pris exemple sur les mauvais, mauvaises méthodes de management, mauvais pôles d'économies, mauvaises décisions au mauvais moment …

  4. Dommage tout ça ! La direction devrait écouter la base pour faire moins d'erreurs. C'est pas bon de rester dans sa tour d'ivoire

  5. A anomyne de 12h48:
    Je comprends votre ressenti mais c'est un peu déplacé de nous accuser de traiter nos intérimaires avec irrespect! Ce que vous ne semblez pas avoir vu ce sont les personnes qui rentrent dans nos agences avec un air dedaigneux et agressifs, qui nous insultent parce que l'on ne peut effectivement pas recevoir et faire travailler toute la planete, les personnes a qui l'on trouve un cdi et qui "oublie" de nous dire merci, les candidats qui pleurent du boulot et qui oublie de se lever le lundi matin, les etudiants qui sont dispo 3 jours et qui ne comprennent pas que l'on refuse leur inscription….tout ça vous ne l'avez a priori pas vu…ni nos fidèles intérimaires qui nous envoient un faire part de naissance, une invitation à leur mariage, ceux qui viennent nous offrir un "ptit coup à boire" pour nous remercier de nous battre chaque jour pour qu'ils bosssent et n'aillent pas pointer au chômage, ceux qui ne parlent presque pas francais et a qui on rempli leur declaration d'impots, leur dossier personnel, leurs courriers divers…tout ça depuis l'accueil vous n'avez pas du l'observer non plus! Alors dire que l'on traite nos intérimaires sans aucun respect, voyez vous j'ai un peu de mal à l'entendre!!!! Merci de ne pas mettre dans le même panier nos chers actionnaires et le personnel des agences qui se bats tous les jours pour satisfaire leurs clients et leurs intérimaires et qui subissent en plus des baisses de salaires, des pressions sur la perte de leur emploi et des objectifs encore des objectifs!!!!
    Le respect doit être mutuel et je suis le premier à dire qu'un permanent qui manque de respect à l'un de ses TT n'a rien à faire dans une agence d'intérim, mais la reciproque l'est aussi!
    Signé nn RR qui aime son metier et qui en a effectivement raz le bol de tout ça!!!!

  6. Au RR énervé de 14H50 ;O)))
    (à juste titre!)

    Tu as raison dans tout ce que tu dis. Quand j'ai parlé d'irrespect, je ne blâme pas le personnel agence, car je sais que vous travaillez en sous effectif et en tension permanente, ceux que je condamne pour cet état de fait, ce sont vos supérieurs qui laissent la situation se détériorer, ceux qui restent le nez dans leurs sacrés statistiques et autres tableaux excel et qui devraient au contraire venir passer une journée à l'accueil d'une agence et faire tout de A à Z.

    Je suis quelqu'un de très respectueux et jamais je n'aurais eu l'audace de mélanger actionnaires et vrais travailleurs !

  7. mais non demande aux dg dr surtout combien leurs salaires;;; et aussi au nouveu pdg enfin parlons plus zurich les actions bon courage

    • Bonjour à toutes et tous, je suis IRP chez Adecco et je suis actuellement dans le train pour aller porter vos paroles et ressentis (salariés et clients) ainsi que votre ras le bol qui ne cessent d amplifier depuis 2009…Je me suis levée à 4h30 et je vais rentrer chez moi à 20h…Je suis remplie d émotion de toutes vos remontées terrain et blog quotidiennes…svp aidez nous, salariés, à vous défendre en prenant votre carte d adhésion et en rejoignant en toute confidentialité nos équipes… svp aidez nous client(e)s en exprimant vos mecontentent à la Direction d Adecco…ce n est qu en nous mobilisant toutes et tous que nous pourrons à nouveau travailler dans de bonnes conditions, recouvrer les valeurs qui sont si chères à notre coeur et apporter à nouveau notre qualité de service légendaire à nos clients. STOP au sous effectif, STOP aux heures supplémentaires non rémunérées, STOP au fait qu on nous dise que le nombre de salariés est la variable d ajustement pour accroître la rentabilité!comportons nous en salarié(e)s responsables et en prestataires de services exemplaires pour nos clients.
      Bien amicalement.
      Bcp me reconnaîtront 😉

  8. Bonjour,
    Il est clair que nos PDM ne prennent pas le bon sens, néanmoins force est de constater que le nombre d'agences spé BTP a fortement diminué ces 2 ou 3 dernières années. Nous passons de la strawberry statégie à la stratégie de segmentation et là je cois personnellement que notre nouveau boss, tout sûr de lui qu'il semble être, fait fausse route, car de l'avis de bon nombre de clients, ce sont les prix qui jouent le choix de leur prestataire mais aussi la présence commerciale et quand il a y de moins en moins de personnel, l'équation semble insoluble. Pour exemple, je suis DA sur une agence BTP, depuis 11 ans, et nous gardons sur notre département de correctes PDM à plus de 25%, il y 4 ans nous nous étions à 28%, certe nous sommes en baisse mais dans le même temps, 7 nouvelles enseignes de TT se sont ouvertes sur notre ville et 3% de PDM représente 42 ETP, c'est encore jouable, non ???!!! Si notre pricing était moins présomptieux par rapport à ce que peuvent trouver nos clients chez nos concurrents "indépendants".
    Enfin et pour terminer une CDHI à près de 300 K€ en 2011, j'ai bien des clients du BTP qui rêveraient de tels résultats…

  9. Bonjour,
    ici le RR enervé qui s'est detendu depuis hier 🙂 Désolé pour mon coup de gueule (il faut croire que le ras le bol et la pression me grignotte petit à petit!)
    Je pense malheureusement qu'il n'y a pas grand chose à faire. Les choses évoluent, probablement dans le mauvais sens mais toutes les adhésions syndicales et tous nos coups de gueule n'y changeront rien: le message est clair: on adhère ou on sort! Notre grand chez a su nous le dire dans son dernier édito (très approprié avant les congés des collaborateurs….)Bon courage pour le combat, moi je rend les armes.

  10. Pour ma part, 12 ans de boutique, je ne me plains pas d'être débordé et de tout gérer de A à Z. Au contraire, c'est la perte d'autonomie, la taylorisation des tâches et la sous traitance d'une grande partie de notre métier qui me désole. A ce jour on ne peut plus passer un coup de telphone à un organisme de foramtion sans demander l'autorisation à trois hiérarchiques injoignables, on ne peut plus négocier un coef sans que le logiciel ne clignote en rouge, il ne faut pas moins de quatre logiciels pour traiter une commande! Je n'ai rien contre les nouvelles technologies mais quand même…..

  11. NE CHERCHEZ PAS LA DIRECTION N EST PAS A LA HAUTEUR ILS NE FONT QUE DIRE OUI OUI AUX ACTIONNAIRES AUX SALAIRES QU ILS ONT C EST NORMAL ATTENTION LA CARTE SYNDICALE OUI MAIS LES DELEGUE ES PEUVENT PERDRE LEUR PLACE ILS VIENNENT EUX EN AGENCE A PART LES ELECTIONS nous aussi on se lève à 4 h 30, on travaille le midi et on rentre tard le soir, mais une vraie journée de travail avec productivité et du chiffre d'affaire pour les actionnaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici