Communiqué de la CFE-CGC
Action Logement, vers un marché de dupes…
La
confédération CFE-CGC s’est toujours impliquée dans le mouvement
paritaire Action Logement. Or, depuis des années, notre modèle
économique se dégrade. Désormais, où
allons-nous ?
–  Le
gouvernement nous prélève, en pures subventions, 1, 2 milliard d’euros 
pour financer les politiques publiques, ce qui va au-delà di précédent
décret ;
–  Le
gouvernement nous donne accès au livret A pour emprunter 1 milliard
d’euros par an pendant 3 ans, un pré-requis indispensable pour le
mouvement*. En contrepartie,
il nous demande de financer en équivalent subventions les sociétés HLM à
hauteur de 950 millions d’euros, ce qui double notre effort !
Quelle banque nous aurait désormais prêté avec un tel niveau de subventions
?
En
outre, avec la crise économique que nous connaissons en Europe, il est
quasi certain que nous aurons, en monnaie constante, une baisse
programmée de l’évolution
de la collecte, celle-ci étant adossée à la masse salariale !
Avec
2,2 milliards d’euros de subventions ou quasi subventions comment notre
modèle financier serait-il viable ? Au lieu de mourir d’un coup sur
l’échafaud du
prélèvement ministériel du budget par fiscalisation du 1%, le
gouvernement veut nous faire agoniser pour, in fine, que nous mourions
mais à petit feu.
Pour
Bercy, la tentation est grande de mettre la main sur le patrimoine
d’Action Logement et de fiscaliser l’ex 1 % logement, du moins ce qu’il
en reste ! Le
Premier ministre semble cependant dans de meilleures dispositions
vis-à-vis du mouvement.
Outre
le service aux entreprises, aux salariés, à l’emploi des salariés, nous
avons également 3 000 emplois dans le réseau à défendre ! Le
gouvernement ne serait-il
pas en train de faire pire que certains industriels qu’il vilipende ?
Avec
la baisse annuelle des retours de prêts, notre modèle économique est
très sérieusement menacé. Pour la CFE-CGC, sans définition du caractère
exceptionnel
et sans engagement clair dans le projet de lettre d’engagement mutuel
État–UESL, notre modèle n’est plus viable. Sans, à court terme, dès
2014, l’engagement programmé d’une baisse des subventions, convergeant
résolument à 500 millions d’euros en 2016, le mouvement
Action Logement est mort.
LA CFE CGC REVENDIQUE UNE SOUTENABILITÉ DU MODÈLE ECONOMIQUE
En
l’état actuel, pour la CFE-CGC, c’est bel et bien un marché de dupes :
le gouvernement permet à Action Logement d’accéder au Livret A, il
revient certes au
mode contractuel mais ce, contre des subventions supplémentaires,
condamnant ainsi notre modèle économique !
La
CFE-CGC ne peut cautionner cette dégradation. Elle demande que les
engagements de l’État vis-à-vis du logement exprimés lors de la
Conférence Sociale de juillet
ne soient pas qu’un feu de paille. Elle veut encore croire à la bonne
volonté de l’État.

La semaine prochaine, sur ce blogue, ne manquez pas : 
Consultants « general staffing » recherchent manager expérimenté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici