Le Plan de départs volontaires se hâte lentement vers son objectif de délestage de l’entreprise. Les chiffres annoncés hier, en commission de suivi, font état d’une progression constante mais modérée du nombre de dossiers déposés. La conjoncture et un marché de l’emploi déprimé expliquent sans doute en grande partie le manque d’engouement pour cette invitation à quitter l’entreprise avec un pécule sans doute un peu trop chichement compté.
Sans surprise, les départs au titre de l’emploi (CDI et CDD) ne réprésentent qu’environ la moitié des dossiers validés, l’autre petite moitié comprenant les projets de formation et de création d’entreprise. Soulignons au passage le courage de nos collègues porteurs d’un projet de création d’entreprise dans une conjoncture qui incite le plus grand nombre à rechercher sécurité et stabilité. Faut-il rappeler que l’entreprise rentable demeure la seule source crédible de création d’emplois réels ?
Il y a aujourd’hui plusieurs dizaines de projets de « P2 » en attente puisque, comme chacun sait, les profils P2 doivent attendre le résultat d’un vaste jeu de chaise musicale pour entrevoir une chance de voir leur candidature au départ acceptée. De nombreux dossiers sont en attente de traitement et nous avons profité de la commission pour évoquer certains cas qui devraient trouver rapidement réponse à leurs attentes.
Comme on dit, à toute chose malheur est bon et ce (relatif) manque d’engouement à l’égard du PDV devrait bien entendu profiter aux P2 et aux P3 piaffant d’impatience et comprenant mal que leur soit refusées les conditions de départ prévues dans le plan. A ce sujet, va-t-on vers un assouplissement des règles de hiérarchisation des départs ? Rien n’est fait pour le moment et la règle reste la règle…
Par ailleurs, les nominations de Directeurs de zone ont été effectuées et l’hécatombe annoncée a bien eu lieu. La sélection drastique n’a en effet permis, comme prévu, qu’à 36 Directeurs de secteur (Adecco) et Directeurs de région (Adia) d’enfiler le costume de Directeur de zone. Félicitations aux heureux élus dont la liste devrait être diffusée dans le réseau aujourd’hui ou au plus tard demain. Il y a des surprises de taille…
Mais que font nos principaux concurrents pendant ce temps-là ? Aucun plan social n’est annoncé pour le moment mais on sait, par exemple, que Manpower a effectué ces dernières années les mêmes réductions d’effectifs et fermetures d’agences qu’Adecco sans pour autant afficher le moindre plan social. Continueront-ils dans cette voie feutrée et discrète ou adopteront-ils une méthode plus conventionnelle ?

7 Commentaires

  1. Effectivement cette periode n'est pas simple, je suis P2, mon projet est validé mais je dois attendre qu'un P1 prenne ma place, je crois difficile la possibilité qu'1 P1 postule sur 1 poste de P2 !!!!!
    qu'on ouvre les vannes au P2 qui ne demandent que ça…

  2. les jeux étaient déjà fait depuis longtemps sur certaines DZ, maintenant je ne suis pas sur que nous allons avoir de nombreux postulants sur les RVZ ! Bienvenue chez les fous du tt ! et laissez partir les p2 ! De mon coté, nous avons aucune visibilité sur les futures segmentations agences, aucune info sur les changements de postes, ce qui me fait dire que les futures NAO vont être folklorique !

  3. Je sais pas si l'exemple cité de Manpower est très enviable. La méthode qui consiste à supprimer des postes en catimini, en mettant la pression et en virant des collaborateurs comme des mal propres me parait plus sournoise et malsaine… Apparemment l'ambiance chez eux n'est vraiment pas au top non plus depuis 2009 !
    Au moins avec le PDV les choses sont dites, écrites et il y a au moins une chance (même si elle est infime) de se repositionner. Et si on ne peut pas se repositionner bah on fait toujours partie de la boite puisqu'il s'agit d'un PDV et non d'un PSE. De toutes façons à partir du moment ou l'on supprime des postes, et quelle que soit la méthode cela est dur à avaler !

  4. Dans le grand balayage d'automne que l'on vient d'annoncer, je ne peux que me réjouir que pour certains, la roue tourne enfin !
    Tout se paie un jour…. La preuve !

  5. Le foutage de gueule à commencé. En fait ils vont rencontrer les P1 parce qu'ils y sont obligés, mais ne vous y trompez pas, le repositionnement des copains sera privilégié. Et comme y'a une majorité d'Adecco dans les postes clés, ce sont les Adecco qui seront repositionnés au détriment des collaborateurs d'Adia qui eux seront bien mis à la porte !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici