Voici des mois que l’on scrutait l’attitude de la direction en se demandant si sa position allait s’assouplir ou non au sujet de la règle de priorité des départs et plus précisément concernant les « P2 ». En effet, devant le succès mitigé de ce plan, nous espérions une interprétation plus favorable de ses règles afin de permettre aux profils P2, non remplacés par un P1, de pouvoir profiter quand même des conditions et indemnités de départ, ce qui nous semblait logique puisque c’est bien l’entreprise qui a souhaité se délester de plusieurs centaines de salariés. Nous espérions aussi que soit revue la règle qui a permis de transformer des dizaines et des dizaines de P1 en P2, cette règle n’ayant pas vraiment été expliquée aux salariés dont nombreux sont ceux qui estiment avoir été floués, voire roulés dans la farine.
Aujourd’hui, la direction prend une position, hélas, défavorable mais claire et nette : aucun assouplissement n’est à envisager, ni maintenant, ni plus tard.
Elle se retranche derrière l’argument légaliste puisque le PDV a été soumis tel quel à l’administration compétente et présenté pour avis aux représentants du personnel et qu’il serait par conséquent illégal d’en modifier le contenu. C’est donc une mauvaise nouvelle pour les salariés classés P2 à l’origine du plan comme pour ceux qui le sont devenus bien malgré eux par le truchement des départs : il leur faudra impérativement être remplacés par un P1 et nous savons les difficultés de mettre en œuvre des mobilités et le peu de succès qu’elles rencontrent.
Ceux qui ont peaufiné un projet de départ, trouvé un CDI, une formation ou monté un projet de création d’entreprise et qui sont classés P2 n’ont donc d’autre choix que d’attendre leur remplacement ou de quitter l’entreprise sans le bénéfice des mesures du PDV, selon les modes traditionnels de rupture du contrat.

5 Commentaires

  1. Comment l entreprise pense t elle atteindre le nombre souhaites de suppressions de poste? Va t on vers un PSE? Je suis P2 mais j attendrai!!

  2. Honteux !!
    Ils ne veulent même pas laisser partir les gens, pourtant tout le monde sait qu'un certain nombre aimerait s'ils le pouvaient…
    Mais ils vont savoir nous demander de rester motiver aprés ça !!

  3. Pour une mauvaise nouvelle, c'est bien une putain de mauvaise nouvelle !!!

    Je vais donc commencer ma grève du zéle dés aujourd'hui en passant de 50 heures hebdo à 37h80.

  4. Tout est fait pour laisser partir en priorité les collaborateurs dis "P1" qui ont peu d'ancienneté. C'est du bon sens, ils couteront moins chers.
    Malgrès les 36 millions d'€ alloués au PDV, s'ils peuvent gratter, ils gratteront au détriment des collaborateurs.
    Pour les "P2" voulant quitter l'entreprise par le biais du PDV, si la direction refuse cette option, cette dernière leur proposera un plan B, à savoir, rupture conventionnelle + transaction.
    Ils donneront un quota, comme il font toujours.
    Tout ceci n'est qu'un jeux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici