Les élus CFE-CGC, FO, CFDT et UNSA étaient aujourd’hui réunis en Comité Central d’Entreprise pour se voir, notamment, exposer le nouveau mode de calcul de la part variable. Inutile de faire durer le suspens et disons-le tout net : les salariés doivent se préparer à une très mauvaise surprise quant aux conséquences de ce nouveau mode de calcul de la part variable de leur rémunération. « On a l’habitude » rétorqueront certains un peu blasés. Eh bien non, cette fois nous pouvons vous assurer que les bornes du déjà vu ont allègrement été franchies.

Inimaginable : TOUTES les agences se retrouveront, du jour au lendemain, avec un résultat fortement amputé par ce nouveau mode de calcul, énième tambouille financière concoctées par quelques matheux hallucinés du microcosme financier. Cette baisse de leurs résultats pourra se chiffrer à -30% ou plus encore.
L’impact sur les rémunérations sera considérable : certains salariés y gagneront un peu malgré la baisse des bénéfices de leur agence – ceux dont les agences sont les plus rentables et engrangent les meilleurs résultats, mais l’immense majorité y perdront tout ou partie de leur rémunération variable.
Le système présenté rendra mécaniquement, arithmétiquement déficitaires toutes les agences à relativement faibles résultats. Dans les exemples présentés, une agence bénéficiaire annuellement de 55 K€ se retrouvera, aussitôt le mode de calcul appliqué à -35 K€. C’est inouï et cela dépasse tout ce que nous avons vu à ce jour. Ils ont osé.
Ce sont, selon nos estimations entre 100 à 150 agences, actuellement à résultats positifs qui, arithmétiquement, se retrouveront en déficit, dans le rouge comme on dit, par la simple application du nouveau mode de calcul. Retenez bien ce qui va suivre en nous accordant de ne pas souvent nous être trompés : ce calcul va précipiter dans le passif plus d’une centaine d’agences, actuellement en positif, et grave ainsi dans le marbre la mise en œuvre d’un PSE (ou assimilé) en 2014.
Cette très inquiétante nouvelle s’ajoute à toutes les mauvaises autres (frais financiers, prime d’ancienneté, disparition de la carte Total…) et l’essorage des salariés semble s’accélérer. La situation va vite devenir intolérable et il va être du devoir de chacun de se mobiliser pour mettre fin l’écrasement financier des salariés d’une part et préserver la pérennité de l’entreprise d’autre part.
Vos élus CFE-CGC, FO, CFDT et UNSA mènent aujourd’hui une discussion qui pourrait aboutir rapidement à la constitution d’une inter-syndicale  réunissant l’ensemble des syndicats soucieux d’agir réellement et concrètement pour défendre ce qui peut encore l’être. L’heure va être à la mobilisation et vous serez informés au jour le jour sur ce blogue des décisions prises par ce collectif.

4 Commentaires

  1. bonjour,
    baisse de la rém, fermeture d'agences illegales, suppression de la carte total, du à la brillante idée d'un emploi fictif qui n'a jamais rien fait de sa carrière, licenciements abusifs, GPTW dans le rouge, Dehaz mis de côté au profit d'un financier,…

    n'est il pas le moment de lancer une grève nationale ? pour arrêter l'hémorragie ?
    ou alors, si rien ne se passe, ne me dites pas qu'il ne reste plus que de bons et petits soldats ? ou pire, tous les syndicats sont achetés ?

    le dauphin.

  2. Nous n avons pas encore eu les infos en agences, mais s ils arrivent à passer ça, c est une bonne partie des permanents qui vont voir leur salaire chuter, et avec ça leur moral, je vous dis pas dans quel état ils vont mettre le réseau ! Il va falloir refuser en bloc

  3. Ça commence à suffir : mobisons nous plutôt que de nous indigner en silence.
    Allez communication vers l extérieur à gogo. Gptw à 0 et grève !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici