« Les milieux autorisés… »

Les résultats du premier trimestre sont tombés – dans tous les sens du terme… – et ils sont évidemment décevants, encore faut-il demeurer prudent sur l’analyse qui peut en être faite. Tant que nous ne sommes pas en possession des chiffres complets et que nos experts n’ont eu l’occasion de les analyser, il convient de demeurer plus que circonspect. On sait que l’immense majorité des journalistes et publications ne font que reprendre les dépêches des quelques agences monopolistiques, qui, elles-mêmes, se contentent des déclarations qui leur sont transmises. Un peu court pour se forger une opinion crédible.

Ce préambule posé, la presse économique fait état d’un recul des résultats à hauteur de – 40% pour le premier trimestre, ce qui semblerait inquiétant si il n’était aussitôt précisé que ce recul s’estime en regard d’un « consensus » établi par Thomson Reuters. Depuis Coluche, on sait ce qu’il convient de penser des « milieux autorisés » mais, bon, contentons-nous pour l’instant de ces données. Le bénéfice net s’établit dont à hauteur de 67 millions d’euros pour le premier trimestre 2013 au lieu des 80,1 Md€ attendus par ledit consensus. Les spécialistes s’accordent à penser que le groupe est « plombé par ses coûts de restructuration« . On n’évoquera jamais assez le coût effarant de la « restructurite » sévissant dans les grands groupes.
On observe d’autre part une baisse, pour le groupe, de 7% du chiffre d’affaires qui doit être corrigée à 5% afin de tenir compte de la différence en jours ouvrés entre 2013 et 2012. A noter que la France seule accuse un recul de 17% de son chiffre d’affaires. Pour résumer, la zone euro, lanterne rouge de la croissance et championne incontestée du chômage (19 millions de demandeurs d’emploi, officiellement) tire incontestablement le groupe vers le bas même si des observateurs font état d’une très timide reprise en Espagne et au Portugal.
Seul message d’espoir à l’horizon mais à destination exclusive des actionnaires et milieux financiers, la direction générale du groupe confirme l’objectif d’une marge opérationnelle à 5,5% en 2015 tandis que le titre Adecco renoue avec une tendance haussière. Pour les salariés, désolé mais rien de particulier n’est prévu.

4 Commentaires

  1. vous avez raison, encore trop de permanents en agence.
    C'est une certitude.
    La nouvelle norme est de deux collaborateurs par site.

  2. mais à 2, je le vis et entre nous, ce n est pas une vie, car quand l autre est en cp , c'est pas 36h… c'est 45h, et franchement, au bout d'un an , on n en peux plus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici