Voici plus d’un mois que sont tombés (au sens propre du terme) les résultats de l’enquête Great Place To Work (littéralement : le meilleur endroit où travailler) et c’est un silence épais qui continue d’entourer le sujet. Pas besoin d’être devin pour imaginer des résultats calamiteux de l’enquête pour Adecco France : il suffit d’entendre les salariés à quelque niveau que ce soit.
Comment annoncer aux salariés les résultats sans avouer le désastre ? Comment édulcorer, si possible, tous ces sévères avis sur les conditions de travail et le niveau de satisfaction et surtout, en l’occurrence, d’insatisfaction ? C’est l’insoluble problème que rencontre, en ce moment même la direction. Bien sûr, notre Directeur général a tenté une timide approche dans sa lettre du 30 avril dernier dans laquelle nous apprenons que la seule bonne nouvelle réside dans le taux de participation à l’enquête. 86% nous est-il annoncé. Les résultats seraient un peu meilleurs que l’an dernier mais en amalgamant Adecco France et l’ensemble des filiales. Ainsi nous est-il annoncé que « nous avons des entités dans lesquelles les permanents se sentent heureux, investis et fiers de travailler : Badenoch & Clark, Euro Engineering et Adecco Medical sont dans le top 3« . Merci à ces bienheureuses entités de contribuer à améliorer la note du Groupe, mais pour Adecco France qu’en est-il ?. D’ailleurs, notre DG a l’honnêteté de préciser que « Néanmoins, les résultats Groupe ne reflètent que des moyennes générales, et ne sont pas suffisants pour définir des plans de progrès. C’est pourquoi, d’ici quelques semaines, vous serez informés par vos managers et vos équipes RH, des résultats et des priorités de votre entité. »
En termes plus crus, cela signifie-t-il que les résultats pour Adecco France s’assimileraient plutôt à une bonne trempe, une fessée cul nu ? Réponse très prochainement car il y a bien un moment où il faudra oser communiquer les résultats.
A suivre très bientôt donc mais une seule certitude, les même causes engendrant les mêmes effets, il serait grand temps que la direction entende les salariés et leurs représentants et se persuade enfin qu’aucune mesure cosmétique ne remplacera jamais une écoute sincère étayé par un authentique dialogue social et la prise en compte des véritables problèmes de la profession, à commencer par la régression constante des rémunérations. Tout le reste ne sera jamais que cautère sur une jambe de bois.

4 Commentaires

  1. Bonsoir à vous.
    Pouvez vous nous dire quelles sont les prochaines actions et le délai de celles ci car la date fatidique approche à grands pas.
    Merci et bon week end

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici