Le mouvement de grève du 9 avril, la résistance et les efforts sans relâche de vos élus et…l’approche de l’audience du 24 juin au Tribunal de Grande Instance de Lyon semblent amener la direction à un début de dialogue social et, en l’occurrence, pour ce qui concerne les fameux avenants, à un assouplissement de leurs règles d’application. Notons quand même que le principe de la Contribution totale, alias la confiscation totale, demeure d’actualité et n’est en rien remis en cause.
Premier aménagement, le report de la date limite de signature au 30 septembre. Rappelons que les élus CFE CGC et ceux de l’inter-syndicale, réclament à cor et à cri, depuis le début des débats, un délai d’au moins six mois afin de comparer et de peser les conséquences de ce nouveau mode de calcul. Nous avons donc été partiellement entendus sur ce point.
Autre avancée, en ce qui concerne les (éventuelles) augmentations individuelles et les changements d’expertise, les salariés se verront proposer deux types d’avenant au choix : un prenant en compte la CDHI et l’autre la Contribution totale. Ceux qui se seraient précipités pour signer leur avenant de Contribution totale peuvent faire machine arrière et réclamer un avenant CDHI. Notez qu’on ne voit pas trop pourquoi ils reviendraient si rapidement sur leur choix…
A noter aussi que ceux qui signeront des avenants avec CDHI auront bien droit à une part variable sur les résultats incluant le chiffre d’affaires du placement, contrairement à ce qui a été affirmé ici ou là dans les régions. Toujours se méfier des rumeurs, intox, provocations et autres chantages !
Enfin, pour ce qui concerne le fameux CICE, le seul engagement de la direction consiste à affirmer que le bénéfice attribué aux agences de 1% du dispositif perdurera tant que perdurera ce crédit. A vrai dire, personne aujourd’hui ne peut pronostiquer la pérennité d’un tel coûteux « cadeau » fait aux entreprises. D’ailleurs, mais ce n’est pas le sujet ici, faut-il continuer obstinément à subventionner des entreprises qui ne font que, année après année, détruire de l’emploi ? La question aurait sans doute pu faire l’objet d’un sujet de bac 2013.
En bref, ce sont des avancées chèrement acquises et que nous prenons comme telles tout en demeurant extrêmement vigilants sur la réalité des  discours et pratiques relevés en région. Prudence, donc, et restons mobilisés.

3 Commentaires

  1. Bonjour, pouvez vous nous dire si dans le cas de deux agences ayant fusionné, la personne n'ayant pas signé sont avenant, touchera son variable sur la CDHI des deux agences à partir d'avril, comme les personnes ayant signé l'avenant sur la contribution total. Merci pour votre réponse

  2. Bonsoir,
    Me Yakafokon c pas moi ! Mais je pense pouvoir te répondre en partie…
    Tu travaille sur une agence :
    – tu as un % sur CDHI
    – ton agence fusionne avec une autre et toi tu ne signe aucun avenant ; tu continue d'être rémunéré sur l'EDG de ton "ancienne" agence avec ton "ancien" %
    – Lorsque enfin (et si) il n'y a plus qu'un seul EDG pour la "nouvelle" agence, tu dispose d'un léger passif pour renégocier ton % si tu choisi la CDHI / si tu choisi la CT tu n'a pas le choix tu dispose d'autant de parts que ton poste le permet dans le pool agence…
    C'est pas compliqué ! C'est juste une grosse arnaque mais comme on dit : ce sont les plus gros bobards qui passent le mieux !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici