Les représentants de la CFDT, de
la CFE-CGC et de la CFTC ont finalement signé l’accord concernant le « CDI intérimaire » à l’issue de quatre mois de
négociation intensive. À l’inverse, la CGT et FO ont refusé de valider le texte
présenté par le patronat du travail temporaire, le Prisme. Compte tenu des règles de représentativité en vigueur, le texte est donc adopté, sans possibilité de recours en annulation.
Le
nouveau texte revoit à la hausse les objectifs de conclusion des CDI
intérimaires, avec un objectif de 20 000 bénéficiaires au lieu de  15 000, initialement prévu, ce qui 
représente un peu moins de 4 % du nombre d’intérimaires de 2012.  Ce nouveau CDI devrait favoriser une certaine stabilité
avec notamment la mise en place d’une garantie mensuelle de salaire, permettant aux bénéficiaires du dispositif d’engager des projets de
vie (famille, logement…) sur le long terme ».

En plus du versement des 10 % des salaires des intérimaires en CDI pour
financer leur rémunération et leur formation durant les inter-missions,
le nouveau FSPI (Fonds de sécurisation des parcours des intérimaires) permettra de financer des formations à l’ensemble des salariés
en contrat de travail temporaire. A titre de comparaison, alors que le précédent texte
prévoyait un taux de 0,05 % de la masse salariale pour abonder ce fonds,
il a été décidé de le porter à 0,5 %, soit l’équivalent de 60-70
millions d’euros, selon le chiffrage de Prisme.

Le dispositif devrait aboutir à une augmentation de la durée d’emploi de 40 heures sur trois
ans pour environ 80 000 intérimaires travaillant plus de 800 heures par
an. La  CPNE (Commission paritaire nationale de l’emploi) déterminera
les indicateurs permettant de mesurer, le nombre d’intérimaires
identifiés par les entreprises de travail temporaire, le nombre
d’intérimaires ayant accepté l’accompagnement proposé, ainsi que
l’évolution du taux d’emploi de ces intérimaires ». Ces
informations officielles seront communiquées par l’entreprise de travail temporaire
au moment de la présentation du bilan social.

2 Commentaires

  1. Je suis intérimaire. Nous prenez vous pour des débiles profonds ? Un CDII n'aura pas la même valeur qu'un CDI aux yeux des banques, alors cessez de mettre en avant le fait de pouvoir faire "des projets de vie" et pour info : même les gens qui ont un CDI "normal" aujourd'hui, n'ont plus de projet de vie, le seul projet que les Français ont, c'est de pouvoir manger correctement jusqu'au dernier jour du mois en limitant le découvert, alors …

    Votre article très chère Rédacteur, est un peu édulcoré, non ? vous survolez le sujet en le présentant sous son meilleur profil. Pourquoi ne pas aborder le taux de rémunération des personnes, hors période de missions ? Et oui : c'est bien moins avantageux que le pôle emploi. Et que dire de la précarité ? Ha oui : Disparue puisqu'il s'agit d'un poste non précaire ! Adieu les 10% en fin de mission !Il y en a encore des tonnes à dire : j'invite les personnes à se renseigner correctement avant de signer.
    Personnellement, vous ne m'aurez pas !

    mon commentaire ne sera sûrement pas publié, mais il aura le mérite d'avoir été lu au moins par 1 personne ;O)

    Ciao la compagnie ! bon week-end !

    Vos dirigeant

  2. mon commentaire se termine par "vos dirigeants" ça fait bizarre ! :O)

    J'étais parti sur un autre sujet, que je me permets de poursuivre puisque je constate avec surprise que mon commentaire est publié !

    Je souhaite donc préciser que l'ensemble des Français n'est pas dupe des magouilles mises en place pour masquer les chiffres du chômage. En mettant en place ce CDII l'état va continuer à financer des gens sans activité par des jeux de transfert d'argent qui sera versé aux ETT et reversé aux intérimaires en CDII. Le but étant que ces gens disparaissent du pôle emploi pour aboutir en CDII chez ADECCO, Manpo, et autres complices.

    Au passage ces ETT auront le plaisir de se gaver des inévitables dividendes engendrés par cette mannes financière par jeux d'intérêt et de placement que vos financiers qui ont dores et déjà étudiés, JE contribue à fournir comme des millions de citoyens Français par mes impôts, et mes cotisations ces millions qui seront versés aux ETT.

    Un gouvernement digne de ce nom devrait réfléchir à relancer l'emploi réellement plutôt que de se livrer à ce genre de camouflage grossier.

    40 H sur trois ans d'augmentation de la durée d'emploi, c'est minable ! même si le calcul doit être effectué sur 80 000 intérimaires ! Par contre l'autre Bauf' va pouvoir se venter de la sortie de ces gens du pôle emploi lors de sa prochaine campagne (s'il va jusqu'au bout de son mandat, rien n'est moins sure !)

    Allez, c'est le jeu ma brave Lucette! votre boîte trouvera bien 40 ou 50 000 pigeons pour qu'ils signent ce pacte avec le diable. Et c'est drôlement bien négocié "sans possibilité de recours en annulation" c'est du grand art ! ça aurait été ballot que vous vous retrouviez avec tout ce petit monde sur les bras en CDII sans financement de l'état hein ???

    La roue tourne ! préparez un bas de laine Mrs ADECCO & co, un jour même sans possibilité de recours en annulation, vous pourriez bien vous trouver face à un défaut de paiement, la France n'est plus ce qu'elle a été et sa Coface n'est pas très reluisante !

    Merci pour la publication CFE / CGC , j'en suis pas revenue dit donc ?!?!? ;O)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici