Voici ce que j’ai relevé hier sur l’AGEFI, Le quotidien de l’agence économique et financière à Genève :

« En août dernier, j’ai acheté 500 titres Adecco à 61 francs. Aujourd’hui, le papier cote 66,55 francs et revient de plus de 70 francs il y a quelques jours. Lisant votre chronique, il me serait agréable de connaître votre position quant à une vente simple en encaissant ma marge d’environ 10% sur 4 mois ou en utilisant la technique de l’option couverte? »
Quelle détresse sent-on poindre derrière cette question ! Qui se soucie vraiment des angoisses et affres de l’actionnaire ? Hein, je vous le demande ? Bande d’ingrats et d’insensibles ! Égoïstes congénitaux et sans-cœur endurcis ! Nous, on vous défend, on défend les salariés mais qui défend l’actionnaire ?
10% d’augmentation  en quatre petits mois, imaginez ce que cela donne sur une année ! On se prend à rêver de hausse de plus de 30% par an de ses propres revenus. La tête nous tourne. Hum… on se calme, il s’agit d’un actionnaire heureux, tout simplement. Pour les salariés, les NAO sont en cours et nous vous en parlerons très bientôt mais, hélas, cela risque de ne pas être, mais alors pas du tout, du même tonneau…
Source : L’AGEFI
Jeudi sur ce blogue :
Middle Office : les expertises confirment, hélas, nos intuitions

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici