Hay Group demeure sans doute l’une des meilleures références en matière d’études sur la rémunération et cette organisation mène chaque année nombre d’analyses lues attentivement par tout ce que la fonction ressources humaines compte de décideurs.
Et qu’entrevoit Hay Group dans sa boule de cristal améliorée pour 2014 ?
L’étude portant sur 71 pays, 22 000 entreprises et 15 millions de salariés mentionne une hausse moyenne de 2,50% des salaires en France pour cette année. Une moyenne, cela signifie qu’il y a mieux mais aussi qu’il y a pire. A ce niveau d’augmentation, la France se situe en dessous de la moyenne européenne établie à 3,1% et relativement loin derrière l’Allemagne (3%). Avec une inflation officielle – sous-estimée comme l’on sait – annoncée à 1,1% pour 2013 et qui devrait atteindre 1,5% en 2014, ces hausses moyennes devraient permettre de ne pas perdre trop de pouvoir d’achat.
Selon Mercer, les salaires ont augmenté en France de 2,5% en 2013, en baisse par rapport aux années d’avant-crise (2,8% en 2008, par exemple).
Une autre étude, d’Aon-Hewitt, cette fois, parue en septembre dernier, tablait sur une hausse des salaires de 2,8% en France, en 2014. Estimation plus optimiste, donc, que celle d’Hay qui communique par ailleurs ce rapide historique de la moyenne des évolution de rémunération en France depuis 2008. Pour davantage de précisions, les études sont accessibles sur Internet.
Année            augmentations globales
                    (fixes + individuelles)
2008                     3,3%                    
2009                     2,9%
2010                     2,6%
2011                     2,8%
2012                     2,8%
2013                     2,8%
2014                     2,8%

Pour mémoire, le salaire mensuel moyen en France, en 2011 – chiffres publiés en 2013 par l’INSEE – s’établissait à 2 049 € pour les employés et 5 385 € pour les cadres.

Selon l’étude d’Hay Group, 45% des entreprises pratiqueront en 2014 une augmentation générale contre 50% en 2013 et 90% pratiqueraient des augmentation individuelles.

Enfin, seules 4% des entreprises prévoient un gel total des salaires en 2014 et « les grandes entreprises devraient se montrer moins généreuses envers leurs salariés que les plus petites structures ». Sans commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici