Du 4 au 25 août, rediffusion du meilleur de l’année



Article publié le mercredi 19 juillet 2014 :

En décembre dernier, 50 dirigeants de
filiales françaises de groupes étrangers avaient, dans le quotidien Les
Échos, lancé une appel pressant au gouvernement, l’alertant sur
l’effondrement inquiétant de l’attractivité de la France pour les grands
groupes étrangers. Un chiffre, un seul, suffit à mesurer l’enjeu : en
2013, selon la conférence des Nations unies pour la concurrence et le
développement, les investissements étrangers en France ont connu un
effondrement de 77%. Cela s’apparente davantage à un naufrage qu’à un
tassement…

Une fiscalité aussi erratique que dissuasive, une gouvernance
libidineusement velléitaire et un climat délétère ont à l’évidence
incité la plupart des grands groupes étrangers à prendre la poudre
d’escampette et à implanter leur activité sous des cieux plus sereins et
il n’en manque pas.
Quant à notre président de la République, après son coming out
(désolé, je m’autorise un ou deux anglicismes à l’année) libéral et sa
conversion foudroyante et remarquée aux vertus du libre-échange, il
organisait hier, lundi 17 février, à l’Élysée une petite sauterie sur le
thème de « l’attractivité de la France auprès des investisseurs
étrangers ». Souliers cirés, voire vernis, cravate serrée au plus près,
sanglés dans des complets veston de bonne facture tout droit sortis du
pressing sinon du tailleur, une cinquantaine de dirigeants des plus
grands groupes étrangers, au premier rang desquels notre Président
exécutif (et non exécuteur, comme le persiflent de mauvais sujets)
Adecco écoutèrent pieusement notre président socialiste leur prêcher les
incommensurables avantages du libéralisme économique. Il faut
reconnaître qu’il se trouvait en fort bonne compagnie, entouré des
dirigeants des filiales françaises de Volvo, Bosch, Siemens, Samsung,
Intel, Nestlé, General Electric. Sans parler  des représentants de fonds
d’investissement koweitiens, quataris et chinois, tout droit venus de
contrées davantage réputées pour leurs performances économiques que
droitdelhommesques…

L’oracle, chef de l’État à ses heures, n’y alla pas de main morte et ses
hôtes en eurent pour leurs frais (de déplacement) : promesse de
stabilité fiscale, allègements fiscaux et une harmonisation de la
fiscalité des entreprises avant 2020, meilleures conditions d’accueil
avec, notamment, la création d’un « passeport talent » destiné aux
inventeurs et créateurs. Et même un alignement de notre fiscalité des
entreprises – actuellement à 38%, la plus élevée d’Europe – sur
l’Allemagne, à l’horizon 2020, soit dans moins de six années. Bref,
demain on rasera gratis, c’est presque sûr.

Un rendez-vous de suivi est d’ores et déjà prévu dans six mois afin de mesurer les évolutions et la bonne tenue des engagements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici