Expérience intéressante dans le monde de l’acheminement du courrier et des messageries : en partenariat avec l’entreprise Voxaly, prestataire spécialisé en prestations de vote, La Poste expérimente un nouveau tarif : le tarif « escargot ». Jusque là, nous connaissions le tarif « lettre » qui offre une prestation normale avec acheminement du courrier sous vingt-quatre heures (enfin ça, c’est la théorie). Puis, pour les économes, la « lettre verte » ou prétendue telle parce qu’elle ne prend pas l’avion et arrive alors plutôt sous quarante-huit heures (enfin ça c’est encore la théorie).
Mais voici qu’à l’occasion des élections professionnelles, nous découvrons le tarif « escargot » ou « limace », on ne sait pas trop pour le moment. A confirmer. Ce dernier ne doit vraiment pas être onéreux mais si l’on sait quand part le courrier, nul ne peut prédire sa date d’arrivée. Prenons l’exemple qui nous intéresse des élections professionnelles. L’envoi des enveloppes contenant les bulletins de vote a été effectué le lundi 20 juin.  Hier, soit le lundi 27, environ la moitié des salariés contactés sur la journée n’avaient toujours pas reçu leur matériel de vote, soit sept jours après l’expédition. Pas plus que l’auteur de ces lignes ne l’a reçu. Un record… ou plutôt un contre-record notable. Nous avions observé la même aberration lors du premier tour pour lequel nous avions constaté des délais d’acheminement s’étalant entre quatre et onze jours. Plaisanterie sur les escargots et autres gastéropodes mise à part, quel est ce tarif inconnu du grand public proposé par La Poste ? Quelle prestation garantit-elle et à quel prix ?
Question très sérieuse : à quel tarif Voxaly affranchit-il ses envois ? Bénéficie-t-il d’un tarif extra-lent ou ultra-lambin ? Du low-cost mais very, very low pour le coup…(c’est mon anglicisme annuel). A quel prix ? Cela pourrait toujours intéresser quelques-uns de nos lecteurs un peu pingres ou simplement économes pour l’une ou l’autre occasion bien particulière (vœux à la belle-mère, règlement de factures…).
Plus sérieusement, est-il normal que sur une période de vote d’environ à peine plus de deux semaines, il en faille déjà plus d’une pour recevoir les bulletins de vote ? De qui se moque-t-on ? Sans parler de ce que nous appellerons pour l’instant pudiquement les dysfonctionnements sur lesquels nous reviendrons.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici