Sur cette sauterie annuelle réunissant chaque année à Davos la fine fleur du grand capitalisme financier, celui qui dévaste jour après jour l’économie réelle au profit d’actionnaires hors-sol, je n’ai pas grand chose à ajouter à mon article de l’an dernier, le 26 janvier 2016 : « L’oligarchie tient salon à Davos« . Dirigeants de multinationales, de banques, hommes politiques, journalistes et fabricants de crises et de misère vont donc débattre entre eux du 17 au 20 janvier dans cette charmante station suisse qui n’en demande pas tant. La condération nationale CFE-CGC communique sur le sujet.

Communiqué relevé sur le site confédéral CFE-CGC :

World Economic Forum de Davos : la nécessité d’un retour rapide dans le monde réel

Présenté comme l’évènement de l’année des acteurs économiques, le 47ème
Forum de Davos réunit à compter d’aujourd’hui et pour 4 jours des
responsables politiques et des décideurs économiques et financiers du
monde entier.

Promu comme l’opportunité d’échanges entre la
sphère politique et des dirigeants du monde économique permettant
d’aborder les sujets de tension entre États et entreprises en visant à
concilier leurs intérêts respectifs, il est placé cette année sous la
thématique du « leadership réceptif et responsable ». Son objectif
affiché est de comprendre « pourquoi les gens sont en colère » à la
suite des faits marquants de 2016 que sont le Brexit et l’élection de
Donald Trump.

La CFE-CGC déplore la sur-représentation des
dirigeants d’entreprises multinationales et financières, acteurs majeurs
de la financiarisation de l’économie mondiale et pourtant loin d’être
représentatives de l’ensemble du tissu économique.

Sur le thème
d’un leadership à l’écoute des citoyens et responsable, la CFE-CGC
appelle de ses vœux l’Europe à impulser un renforcement de la
gouvernance économique mondiale. Des règles communes reconnues et
équitables doivent être définies sous la conduite des états
démocratiques au service de l’intérêt général des citoyens dans une
logique de développement durable respectueuse de l’environnement et des
principes de responsabilité sociétale des entreprises. C’est le seul
moyen, bien plus efficace que la dérégulation sociale généralisée, de
sortir d’une logique financière génératrice d’une instabilité croissante
et de crises à répétition dont les citoyens ressentent de plus en plus
les effets négatifs et qui minent la cohésion sociale.

Il est
indispensable également de définir plus précisément la notion d’intérêt
social des entreprises afin de formaliser la prise en compte de
l’intérêt de toutes les parties prenantes à l’entreprise sans
privilégier abusivement l’intérêt des dirigeants et des actionnaires.
L’intérêt des salariés, des clients et des fournisseurs et des
territoires d’implantation géographique.

La CFE-CGC espère que les débats de Davos permettront d’engager un retour salvateur à l’économie réelle !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici