Entrée en vigueur au 1er janvier 2016, la Prime d’activité avait pour vocation de remplacer à la fois le Revenu de solidarité active (RSA) et la Prime pour l’emploi. Ce dispositif était inscrit dans la loi relative au dialogue social et à l’emploi. Destinée à compléter les revenus d’activité professionnelle les plus modestes, aussi bien pour les salariés que pour les indépendants et aussi pour les étudiants salariés et les apprentis, sous certaines conditions, cette prime varie en fonction des revenus et de la situation familiale du bénéficiaire.
Nombreux sont les salariés les plus modestes à ne pas se trouver bien éloignés du seuil de pauvreté. Chaque année, le seuil de pauvreté est recalculé de façon très officielle et incontestable puisqu’il  s’établit à hauteur de 60% du salaire médian en France. Il est actuellement fixé à 1 008 euros mensuels. Rien ne semble devoir arrêter la progression de la pauvreté dont le taux s’établit aujourd’hui en France à 14,3% de la population.?
La Prime d’activité concerne les salariés modestes dont le salaire s’élève à moins de 1 500 euros nets mensuels pour un célibataire sans enfant, dans le but de « donner du pouvoir d’achat aux travailleurs modestes ». Le montant moyen de cette prime, non soumise à l’impôt, s’élève à 165 euros par mois. Petite nouveauté 2017, les rentes perçues pour maladie professionnelle ou accident de travail sont prises en considération dans le calcul des ressources, ce qui n’était pas le cas auparavant. Particularité surprenante lorsque l’on connait les arcanes de l’administration : aucune demande de papier ou de pièces justificatives n’est exigée pour bénéficier de cette prime…


Pour 2017, l’enveloppe budgétée pour la Prime d’activité s’élève à 4,34 milliards d’euros, ce qui, selon certains observateurs, procèderait d’une large sous-estimation. D’autant que le taux de recours, établi à environ 50% – un ayant-droit sur deux seulement bénéficie aujourd’hui du dispositif – ne cesse de progresser.

Nombreux sont aujourd’hui les salariés Adecco à bénéficier de cette prime réservée aux travailleurs les plus modestes mais impossible pour nous d’en connaître précisément le nombre puisqu’il s’agit d’une démarche individuelle et par conséquent confidentielle.

7 Commentaires

  1. Oui cher Citron pressé il n'y a pas que le salaire mais ça aide quand même à payer son logement, se nourrir et s'habiller.
    Nous ne revendiquons pas la Rolex, le manoir, et les grosse bagnoles mais au moins de quoi vivre correctement ! Ce n'est pas normal que des salariés expérimentés chez le leader de l'intérim doivent attendre leur prime d'activité pour vivre

  2. Je lis l'article et j'analyse. Déjà 3 commentaires, c'est qu'une fois de plus, on doit certainement être les dindons de la farce.

  3. Après lecture de ce nouvel article, une fois de plus forcé de réagir à cette triste réalité connue par la grande majorité des permanents Adecco. En ce qui concerne certaines Strates, je ne me fais pas de soucis. Ils ont ce qu'il faut en primes prévues à leur contrat et payées par le patron.
    Pas besoin de bénéficier des avantages de notre république protectionniste.
    Merci à cette république pour ceux qui en ont besoin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici