Secrétaire national en charge du dialogue social, de la restructuration des branches et de la représentativité, Gilles Lécuelle décrypte les résultats de la nouvelle mesure d’audience syndicale et rappelle combien la CFE-CGC répond aux aspirations des salariés de l’encadrement dans les entreprises.

Comment accueillez-vous les résultats de la nouvelle mesure d’audience
de la représentativité syndicale dévoilés le 30 mars dernier ?
La mesure d’audience s’apparente à un examen au long cours. Avec 19,39 % des voix dans son champ catégoriel de l’encadrement
– soit une progression de près de 7 % par rapport à 2013 – et un score
de 12,27 % tous collèges confondus (contre 10,78 % en 2013), la plus
forte progression des organisations syndicales, la CFE-CGC valide ses
diplômes catégoriel et généraliste avec deux mentions très bien ! Ces
excellents scores confirment la montée en puissance régulière de la
CFE-CGC sur tous les terrains : chambres d’agriculture, TPE, PME et
grandes entreprises. En tant que secrétaire national confédéral, je
tiens à féliciter toutes les forces vives de la CFE-CGC, en premier lieu
nos militants. Ces résultats sont le fruit du travail de tous :
délégués syndicaux, sections d’entreprise, fédérations, unions
territoriales, adhérents et salariés confédéraux.

« La CFE-CGC est la porte-parole de l’encadrement pour répondre concrètement aux problèmes, sans idéologie ni dogmatisme »
Comment expliquer cette progression structurelle continue de la CFE-CGC ?  La
CFE-CGC est la porte-parole des salariés de l’encadrement pour répondre
concrètement à leurs attentes et à leurs problèmes, sans idéologie ni
dogmatisme. Notre positionnement – entre les syndicats réformistes prêts
à tout accepter, et les syndicats purs contestataires – répond aux
aspirations des salariés dans les entreprises. La CFE-CGC est identifiée
comme un partenaire social indépendant, responsable et exigeant, qui
milite au quotidien pour un dialogue social constructif. C’est aussi
parce que les populations de l’encadrement sont trop souvent maltraitées
(suppressions d’emploi, PSE, perte de pouvoir, budgets imposés par les
directions etc.) et que leurs métiers ont été complètement bouleversés
ces dernières années que les techniciens, les agents de maîtrise, les
ingénieurs et les cadres ressentent de plus en plus le besoin d’être
protégés et défendus. Par ses valeurs et ses propositions, la CFE-CGC
incarne ce collectif et répond à ces aspirations.

Dans un
passé récent, de vifs débats ont agité la CFE-CGC pour savoir si
l’organisation devait rester catégorielle ou devenir généraliste. A la
lumière, entre autres, de ces nouveaux résultats, le sujet est-il
définitivement tranché ? 
Personne n’a de boule de cristal
en la matière… De mon point de vue et pour une large majorité de nos
adhérents et militants de terrain, la valeur ajoutée de la CFE-CGC,
c’est véritablement d’être catégorielle et de défendre spécifiquement
les salariés de l’encadrement. Nous sommes la seule organisation qui
incarne ce syndicalisme spécifique et qui agit concrètement au quotidien
pour faire en sorte que l’encadrement ne soit pas le grand oublié ou
négligé des négociations. Sans cet indispensable marqueur catégoriel, la
CFE-CGC perdrait beaucoup. La stratégie fonctionne très bien puisque,
répétons-le, le seul syndicat catégoriel est celui qui progresse le plus
dans les urnes !

« Toutes les structures de la CFE-CGC sont associées pour assurer sur le long terme la représentativité de l’organisation »
Au-delà de cette mesure d’audience 2017, la CFE-CGC a fait de la représentativité une priorité absolue. 
Le
développement et la représentativité (nationale, par branche, par
secteur et interprofessionnelle) sont des priorités incontournables pour
la CFE-CGC. Il s’agit d’allouer les moyens et ressources nécessaires en
fonction des besoins des sections syndicales à développer ou à créer
quand elles n’existent pas. Il convient également d’analyser les
branches dans lesquelles notre organisation est plus fragile et pour
lesquelles notre potentiel de développement est le plus important.
Rappelons notamment qu’en soumettant l’obtention de la représentativité à
l’atteinte du seuil des 8 % dans le commerce, la construction,
l’industrie et les services, la loi rend désormais interdépendants ces
quatre grands secteurs.

Pour coordonner l’ensemble de ces
actions, une instance spécifique a été mise en place ces derniers mois
par la confédération. Quid de sa composition et des objectifs
assignés ? 
Cette instance est chargée d’identifier les
actions prioritaires à mener pour assurer sur le long terme la
représentativité de la CFE-CGC, c’est-à-dire notre capacité à négocier
et à signer des accords. Toutes les structures de l’organisation sont
associées : la confédération, les fédérations et les unions
territoriales. Ce travail collaboratif doit permettre de partager les
bonnes pratiques, de déployer des synergies et de mettre en place tous
les outils nécessaires au développement, sans oublier l’indispensable
formation des militants et le renouvellement générationnel. L’instance
est notamment chargée d’analyser les résultats électoraux par branche et
de proposer toutes les actions adéquates à mener. D’ores et déjà,
l’exploitation des résultats dans le logiciel MARS nous permet
d’identifier les secteurs les plus porteurs en termes d’audience. Nous
devons collectivement être vigilants et proactifs pour préserver ou
conquérir notre représentativité !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici