Une ligne plutôt séduisante mais…
Ibiza, île méditerranéenne chère à nombre de vacanciers et notamment aux plus fêtards d’entre eux. Son seul nom évoque le bleu marine de la Méditerranée, les plages enchanteresses et les nuits endiablées au son de sonos débridées façon sixties « Darla dirladada » ou « il y a du soleil et des nanas« . C’est aussi le nom choisi par Seat pour l’une de ses berlines, celle dont bénéficient – le terme est sans doute un peu excessif, nous l’allons voir – les Directeurs d’agence et les responsables OnSite.
D’après les remontées qui nous sont faites, le modèle n’aurait rien d’enchanteur, ni de festif.
Par exemple, même le plus malentendant des malentendants ne peut ignorer que le moteur tourne tant l’insonorisation laisse à désirer et comme on dit, « ça fait du bien quand ça s’arrête » et donc quand s’arrête la machine. Question position de conduite, si vous dépassez les 1,70 mètre, vos cuisses ne passeront plus sous le volant et il vous faudra adopter la position de la grenouille et grâce à un superbe grand écart, laisser place au volant.
De plus le Directeur d’agence n’a aucun choix, ni du modèle, ni de la couleur qui se limite à celle de la virginité : blanche, uniquement blanche, évoquant la pureté, certes, mais aussi le voiture commerciale basique qu’il faudra laver chaque week-end.

Quant au réseau commercial nécessaire pour assurer la maintenance du controversé véhicule, inutile de préciser qu’il ne bénéficie pas la de densité de ceux de Renault, Peugeot ou Citroën et il faudra souvent effectuer des trajets de 60, 70 kilomètres ou davantage encore, à l’aller,, pour une simple vidange ou le moindre problème technique. Soit 120, 130 ou 150 km avec le retour. Est-ce bien raisonnable compte tenu de la charge de travail du DA lambda ?
Interpellée en CCE sur le sujet, la direction se contente de répondre que c’est au Directeur d’agence, lorsqu’il récupère le véhicule, de s’assurer de la proximité d’un établissement Seat. Fort bien mais comme il ne peut choisir aucun autre modèle dans aucune autre marque, à quoi peut bien lui servir ce constat à posteriori, sinon à se faire du mal ?

Enfin, des Directeurs d’agence déplorent l’image renvoyée par le véhicule – désolé pour le constructeur – et certains nous ont même confié ne plus oser conduire de clients à bord. Nous entendons l’argument économique mais sur ce sujet comme sur d’autres, n’aurait-il pas été préférable de sonder et dialoguer avec les principaux intéressés ?

14 Commentaires

  1. C'est lamentable, honteux, dégueulasse !! et après ils s'étonnent que les résultats GPTW ne sont pas bons !!!! c'est évident, quand vous faites 30 000 KMS dans l'Adecco des champs, je vous dis pas le calvaire, moi demain on me donne ce véhicule, je change de boite ou je reviens au forfait

  2. Personnellement ma hiérarchie par souci d'économie ou peut-être de projection future m'a laissée une C3, je dois bien vous avouer que cette erreur managériale me va bien. Précision quand même, elle a souhaité s'assurer que j'étais satisfaite de ma C3. J'en ai de la chance.

  3. Ne vous plaignez pas, vous avez une voiture au moins. Quand je vais faire mes bilans avec mes clients, ma DMS me demande de prendre mon véhicule personnel… c'est normal ça?

  4. C3 et Ibiza pour le prolétariat, Peugeot 508 SW et Toyota RAV 4 pour les valets de la direction.
    Et on s'étonne des resultats GPTW…

    • Nous ne jouons pas dans la même cour. D'ailleurs la valeur des parachutes n'est pas la même non plus, mais c'est un autre débat.

  5. J'ai un collègue qui disait qu'entre lui et son DZ, il y avait 2 lettres de différence. Mon collègue avait un C, son DZ avait un Q. C3/Q3… vous me suivez. Je me souviens aussi que le jour où mon collègue avait eu un accident avec sa voiture, il était mal, casser une voiture qui ne vous appartient pas, c'était gênant pour lui, son DZ, quelques semaines après était par contre très fier de montrer sur son I-phone, les photos de son Q3 qu'il avait renversé. GPTW, posture managériale comme on dit! 😉

  6. Que le CE soit interpelé sur les règles d'attribution des véhicules de manière générale…. il y a matière.

    Lorsque vous faite 40000km/an avec une C3, il y a un problème de dimensionnement : Il ne faut pas être concessionnaire !

    Il en vas de même avec les fonctions supports, qui pour plus de 50000km/an ont des véhicules ne s'apparentant que de très loin à des "routières" ; voire inadéquate au temps passé dans le véhicule.

    Alors quand un DM/DUO obtient ce même véhicule (308, C4…) alors que ses 2 codes analytiques sont physiquement au même endroit…. c'est là la preuve qu'il n'y a aucune adaptation du véhicule au kilométrage parcouru ; qu'il n'y a pas d'échelle Km/territoire/véhicule.

    En gros : Notre barème lettré conditionne la machine à 4 roues.

    Pour l'avoir encore entendu il y a quelques semaine en réunion, ne doit-on pas rappeler que le risque routier est le 1er des danger que nous avons ?
    L'entreprise se satisfait d'une obligation de moyen (entretien, pneumatique…) alors que vous devriez l'interpeler sur son obligation de résultat : Combien d'accident, que dit l'assurance (je ne parle pas du parc auto – l'assureur d'adecco… le vrai) ?

    Ne devriez vous pas vous emparer des accidents de la route de nos équipes ?
    Ne devriez vous pas chercher à pousser véritablement le questionnement sur ces sujets ?

    Pour l'avoir personnellement vécu, je tien à vous rappeller qu'un accident de la circulation, LORS des heures de travail du salarié (rdv chez client, prospection…) est un accident de TRAVAIL….. le trajet c'est uniquement domicile/travail : L'indemnisation n'est pas la même………..

    Adecco a choisi l'inverse du bon sens en souhaitant adapter l'homme au travail, et non l'inverse.
    Leader, mais certainement pas exemplaire.

  7. D'une manière ou d'une autre, soyez sûr que à tous niveaux, opérationnel du moins, si ils peuvent gratter, ils le feront. Et quand je dis à tous niveaux, c'est tous les niveaux.
    Même quand vous quittez l'entreprise, si on peut vous la faire à l'envers, on n'hésite pas et pour des broutilles en plus.
    Les collaborateurs ne sont pas avare d'heures à faire en plus quand il le faut et qu'ils sont en poste, par contre, quand ils sont sur le départ et que ça a pu être compliqué, si on peut oublier de vous rembourser une note de frais, vous déduire des tickets restaurants ou encore pire: vos variables… on n'hésite pas.
    Alors pour les voitures, c'est pareil. Les N+1 sont bien conscients de vos kms mais les loyers ne sont pas les mêmes entre une Ibiza et une C4. Et puis au global il faut pas trop dépenser pour les gens du bas, les N+1, 2 & 3 sans parler de certaines fonctions «support» dans les petits papiers, ont besoin d'avoir la voiture adaptée pour partir en vacances. C'est honteux mais c'est du vécu.

  8. Lamentable de lire ces commentaires quand des gens en France n'ont même pas de quoi se payer une voiture, n'oubliez pas qu'il s'agit d'avantage en nature et que vous avez bien de la chance d'en profiter au travail et le week end!

  9. A anonyme de 12:07 :
    On peut parler de mes heures de voiture non rémunérées.
    Je peux te parler de ma collègue qui passe plus de 5h par jour en voiture pour être à l'ouverture agence pour aider et repartir à 18h sans broncher.

    Je conçois que c'est un avantage en nature, mais perso le we, je suis avec ma famille et chez moi et non pas dans ma bagnole a frimer avec mon audi/citroen/ibiza/peugeot.

    Oui certaines fonctions ont un avantage en nature, mais tu préfères que tes supports cessent de venir t'aider et te répondre de chercher dans la base quid/lotus/intranet ?

  10. Un niveau hiérarchique, un même type de véhicule.
    Pourquoi;
    Niveau 5 DA = VP1, niveau 5 DZ = VP2, DAM / DUO = VP2.
    Quelle logique?
    DA = sous directeur?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici