Comment quitter une entreprise après un licenciement ? Est-il préférable de jouer la comédie jusqu’au bout ou d’éviter une situation à coup sûr embarrassante ? Quelle position adopter ?

D’après un sondage Qapa de janvier 2018, 4% des salariés feraient quand même un pot s’ils étaient licenciés et 13% feraient semblant d’aller bien vis-à-vis de leurs collègues. Découvrez les arguments de notre expert.

Oui

« Dumoulin nous quitte pour développer des projets personnels et nous le félicitons pour son excellent travail. » On connaît les formules d’usage quand un cadre viré négocie son départ. Le motif de la séparation est souvent maquillé. Cela arrange tout le monde : la direction ne veut pas de remous et le salarié part la tête haute. Eh bien, ce dernier a raison de jouer la comédie jusqu’au bout et de payer son pot. 

C’est une façon de montrer sa capacité à rebondir. C’est aussi une mesure de prudence : partir fâché, c’est risquer de voir sa réputation professionnelle ternie, au cas où un recruteur appellerait son ancien boss. Il ne faut jamais injurier l’avenir. Enfin, les collègues apprécieront ce moment de convivialité et pourront, si l’occasion se présente, donner un coup de pouce.

Non

La vie au bureau n’est pas un monde de Bisounours et l’hypocrisie peut y régner en maître. Fort bien. Mais de là à s’infliger le supplice d’un pot de l’amitié, il ne faut pas pousser. Quand bien même ce serait l’entreprise qui financerait les agapes. Ceux qui ont déjà assisté à ce genre d’exercice savent combien cela peut vite devenir pénible : il faut supporter le discours faux-cul du chef, rire à ses bons mots et répondre sur le même ton devant un public rarement dupe.

Pour éviter cette situation embarrassante, mieux vaut se contenter d’un e-mail d’au revoir à tous ses collègues, en laissant ses coordonnées afin de garder le contact. Pas de révolte ou de provocation, mais pas de double jeu non plus. On pourra bien sûr, plus tard, inviter les vrais amis à un pot en dehors de l’entreprise, dans un cadre plus convivial et sincère.

Source : Capital

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici