Randstad affiche sur son site groupe sa position de numéro 1
Cela fait au moins une décennie que certains annonçaient en boucle, de manière cyclique, la perte par Adecco du titre de première entreprise mondiale en ressources humaines. Beaucoup finissaient par ne plus le croire et n’y voir qu’une manifestation de pessimisme ou une manière de vouloir se donner de l’importance en feignant détenir une information sensationnelle. Hélas, il n’y a aucune raison pour que les pires augures ne se réalisent et c’est aujourd’hui officiel : Randstad nous ravit la place enviable de numéro un mondial des ressources humaines.
La nouvelle a été divulguée chez notre concurrent avec grand ramdam, réunions téléphoniques, notes internes, communication tous azimuts. L’illustration de cet article ne fait d’ailleurs que reprendre le graphisme de la page d’accueil du site du groupe Randstad.
C’est
forcément un pincement pour tous ceux qui œuvrent depuis longtemps chez
Adecco et n’ont jamais connu que la première position mondiale de ce
groupe. C’est aussi un avertissement sévère pour la direction et la
lourde sanction d’une réorganisation permanente – sorte de pathologie que nous avons nommée « restructurite chronique récidivante » -, du manque de
considération à l’égard des collaborateurs dont nombre des plus
chevronnés ont fini par quitter l’entreprise et de décisions
organisationnelles hasardeuses. Sans parler d’une politique salariale dont la principale vertu se limite à décourager les plus patients d’entre les patients.



Nous
n’allons pas jouer les « yakafokon » mais simplement tomber d’accord sur
cette évidence que nombre d’avertissements n’ont pas été entendus et que
le bon sens n’était pas toujours au rendez-vous des réorganisations et de la gestion des ressources humaines, c’est le moins qu’on
puisse dire.

Nous
continuerons inlassablement à tirer la sonnette d’alarme chaque fois que cela nous semblera nécessaire, à revendiquer, proposer, expliquer, bref à remplir notre rôle du mieux que nous pourrons, en
espérant être plus souvent entendus à l’avenir.

6 Commentaires

  1. Je le savais. Depuis combien de temps on entendait des bruits de couloir… Il y a 15 jours, j'étais avec une collaboratrice Randstadt, Chargée d'affaire comme chez Adecco… eh bien on se moque bien de Adecco à en faire des tonnes pour rien… interview de Christophe CATOIR sur France info… dernier cri d'espoir?
    Randstadt peut être moins de blabla finalement.
    N'oublions pas les petites vedettes cependant qui aujourd'hui pratiquent des coef plus intéressant pour au final… une même qualité de service.

  2. Et pourtant, Dieu sait que l'on a alerté.
    Laissons les Baronnes et Barons qui roulent en belles bagnolles et font trimer leurs équipes pour faire le job et passer les messages sympas locaux.
    Moralité?

  3. Jamais vu une société à vocation aussi sociale aussi inhumaine, la je crois que l'addition vient de tomber. Notre CEO lorsqu'il était en France nous a fait perdre le lead, idem pour le monde. Posons nous alors les bonnes questions.

  4. Avec la segmentation et malgré les remontées du réseau contre le risque de perte de client, la direction a toujours fait la sourde oreille. Bilan : une PDM en baisse, de nombreux départs chez les concurrents. Attention à la nouvelle stratégie qui sera mise en place à coup de forceps…

  5. Pas surprise du tout ! la direction ne nous entend pas,un exemple tout simple,mon DZ m'a fait arrêter mon CDD alors que je fais finir l'année à +30% au dessus de mon budget.Même règle pour tout le monde qu'il m'a dit
    Tant qu'on aura ce genre de fonctionnement ça ne pourra pas marcher !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici