Toute ressemblance…
Aujourd’hui s’est tenue à Villeurbanne la première réunion des négociations annuelles obligatoires (NAO) pour 2020. Quatre de vos élus CFE-CGC présents participeront à l’ensemble des réunions de négociations – généralement quatre ou cinq en tout. Nous enverrons à la directions nos propositions avant la date fixée au 14 novembre prochain. La conduite de NAO relève d’une obligation légale de l’employeur qui doit, périodiquement, mener des négociations sur certains thèmes dont, tout particulièrement, les rémunérations et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Il serait évidemment prématuré d’oser la moindre prédiction sur l’issue d’une telle négociation. La section CFE-CGC Adecco travaillera collectivement, dans les tous prochains jours, à l’élaboration de quelques propositions et revendications synthétisant l’essentiel des attentes de nos collègues du réseau. En attendant, nous avons néanmoins rappelé un certain nombre de points et d’anomalies qui ne laissent de nous inquiéter. Un fixe congelé depuis une douzaine d’années, hormis l’unique augmentation générale de 30 euros, soit 2,50 € par mois si on la lisse sur la période… Des augmentations individuelles opaques pour les élus et qui laissent de côté une majorité de salariés. Et puis une rémunération inférieure au marché, comme le mentionnait sans ambiguïté une étude menée par le cabinet Hays et comme le confirment les recrutements extérieurs à des rémunérations supérieures à celles de collègues permanents présents dans l’entreprise depuis 5, 10 ou même quinze années. L’absence conjointe de participation aux bénéfice et d’accord d’intéressement. Nous savons que sans accord d’intéressement, il sera légalement impossible à l’entreprise de renouveler l’opération prime PEPA (prime pouvoir d’achat dite prime Macron). Pécuniairement parlant, que reste-t-il donc à l’entreprise pour retenir en son sein les salariés permanents ou en attirer de nouveaux ? Combien de fois entend-on, lors de nos rencontres en agences, des remarques du genre « Je suis mal payé mais j’aime ce que je fais ». Fort bien, mais combien de temps la magie opérera-t-elle ? Quel que soit l’intérêt que l’on porte à son métier, il reste néanmoins à payer son loyer ou sa traite, à se nourrir, élever ses enfants et tout le reste.

Afin d’affiner au mieux notre approche, nous vous sollicitons pour nous faire part de vos attentes, vos priorités et souhaits sur ce sujet sensible. Une fois encore, nous ne sommes-là que pour nos collègues salariés et n’avons d’autres revendication que les leurs.

Envoyez-nous vite vos attentes, vos suggestions, vos idées et nous vous promettons de les porter dans nos prochaines rencontres avec la direction.

cfe.cgc.adecco@gmail.com

Lundi sur ce blogue : 
Les modalités du vote aux élections professionnelles Adecco
mardi : 
Voici pourquoi les salaires devraient augmenter en 2020

 

4 Commentaires

  1. disons que de toute façon, le fait d'être passé au budget n'est pas motivant, vue les objectifs de cette année, et le nombre d'agences qui ne seront pas au budget je vous dit pas l'économie de masse salariale que cela va représenter pour l'entreprise, un truc ENORME ! je serai curieux d'avoir cette année la communication sur l'économie réalisée sur la masse salariale concernant des budgets trop élevés ! j'espère que cette fois nous n'allons pas avoir de reproches d'avoir trop gagné !
    points d'amélioration : augmenter les salaires! avoir la possibilité de débloquer les pourcentages de rem sur les budgets serait un point d'amélioration et de motivation surtout pour les CR qui sont bloqués en %, pour moi c'est un des points les plus importants!
    avoir des hausses de salaire brut !
    avoir des primes de risques par rapport à la pression qui nous donne là haut 🙂
    avoir des primes de productivité, vous etes à tant d'etp, x/etp SI ON DEPASSE une prime au mois ! ça permettrait de pousser en plus sur les pdm
    exemple : une agence à 40/ETP l'entreprise nous demande 42 ETP sur un mois/ si nous dépassons sur le mois = prime de 50 € par permanent, cela pousserait encore davantage

    Sur le perm : avoir la possibilité de redonner des primes sur chaque perm facturé exemple un perm à 2500 une prime de 5% à redistribuer aux équipes agences ou au référent: règles à la main du DA, cela pousserait tout le monde à pousser à nouveau sur le perm

    Avoir des challenges tous les trimestres pour les commerciaux et équipes agences.

  2. Avec le système du budget c'est l'entreprise qui décide la part variable qu'elle veut donner. Pour donner moins il suffit de gonfler les budgets.Pour mettre 90% des salariés au fixe, il suffit de mettre une augmentation de budget suffisante de 10,20 ou 30%… tous au fixe et les fixes ils sont dans les choux après 10 ans de blocage

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici