C’est décidé, en ce début d’année 2020, l’ensemble des équipes managériales se regrouperont en un siège unique basé à La Défense et plus particulièrement dans la zone dite « Cœur Défense ». Tout un programme (immobilier). Rationalisation, gains locatifs et de charges, mutualisation des moyens, etc…constituent, nous dit-on les éléments essentiels de cette décision de transfert. Jusqu’ici, tout cela nous semble assez logique et assez raisonnable, sous réserve des impacts humains, les principaux qui nous importent.

Ces locaux combleront les collègues avides de situation élevée puisque les bureaux se répartiront sur cinq étages : au 28, 29, 30, 31, 32ème étage de la tour A et au 28 et 29ème de la tour B. Au plus élevé, dans la plupart des entreprises et selon un symbolisme convenu, siège généralement Dieu le Père, et il y a fort à parier que le bureau de notre PDG devrait se situer, en toute logique, au 32ème. Ce sera toujours mieux que de se retrouver au 36ème dessous…

Mais ce symbolisme et les numéros d’étages nous semblent relativement secondaires en regard des impacts humains, les seuls qui puissent donc nous intéresser en qualité de représentants du personnel. Notre première interrogation porte sur les distances et temps de trajet des uns et des autres. Toute implantation, quelle qu’elle soit, génère son lot de gagnants et celui des perdants. Les uns diminuent leur temps de trajet tandis que d’autres l’allongent. Il nous a été impossible d’obtenir en instance une vision claire sur le sujet. Que l’instance CHSCT du périmètre Paris-Île-de-France ait semblé rassurée et émis d’emblée un avis positif sur ce point ne contribue pas le moins du monde à nous rassénérer.

Deuxième des principaux paramètres à impact humain : quid des places de stationnement ? Le sujet pose quelques questions quand même. Combien de salariés qui se rendaient auparavant en voiture au travail devront utiliser les transports en commun ? Et inversement ? La direction a-t-elle prévu suffisamment de places de parking pour les collaborateurs utilisant leur véhicule ? Sur ce dernier point aussi, certains élus nous ont semblé un peu prématurément sécurisés sans n’avoir pourtant reçu aucune assurance particulière autre que quelques évasifs vœux pieux. Nous suivrons tout cela de près mais c’est avant tout à vous, collègues concernés de nous faire part de votre situation, dès que vous en aurez à subir l’une ou l’autre de ces conséquences négatives. N’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou par courriel pour nous remonter les informations dont vous disposez ou nous faire part des problèmes que vous rencontrez.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici