Le moins que l’on puisse dire c’est que les remontées qui nous ont été adressées sur les réunions de lancement régionales ne témoignent pas, c’est le moins qu’on puisse dire, d’une euphorie générale. Même les collègues connus pour leur posture la plus irréprochable et « corporate » à souhait en ont véritablement ras-le-bol et s’en cachent de moins en moins. Pas un périmètre n’échappe à ce climat général fait de dépit et de lassitude mêlés parfois d’une sourde colère, celle que l’on s’efforce de contenir au delà du raisonnable pour ne rien gâcher. S’il fallait évaluer ce mécontentement presque général, non à l’applaudimètre mais au « grognomètre » et en prenant en compte les confidences qui nous sont faites, peut-être pourrait-on quand même classer l’Ouest en tête du palmarès. Mais la compétition, si l’on peut dire, reste serrée.
De nombreux collègues permanents nous rejoignent dans notre dénonciation d’un plan social déguisé, un plan social qui n’ose se déclarer mais aboutit aux mêmes conséquences qu’un PSE tout ce qu’il y a d’officiel : réduction du nombre de sites et des effectifs permanents. S’y ajoutent l’ensemble des mesures régressives portant sur les rémunérations et les conditions de travail en général., ces dernières allant de l’arrêt d’un CDD indispensable au fonctionnement de l’agence à la pingrerie d’un paquet de café qu’il faut apporter soi-même. Quand ce n’est pas le papier toilette…
Côté intendance, ce n’est pas vraiment non plus l’extase et il nous est rapporté que certains collègues ont été consignés au fourneau, chargés qu’ils étaient de cuisiner et d’apporter leur pitance en réunion. L’an prochain, ou d’ici deux à trois ans, leur demandera-t-on de se munir d’un ticket-restaurant pour aller se sustenter au McDo du coin ? Et en soirée, question boisson, chaque salarié s’est vu remettre deux tickets, un peu comme dans les kermesses de fin d’année scolaire ou les bals populaires, étant entendu que la troisième était à leurs frais. Pas question de promouvoir la consommation excessive d’alcool, bien entendu, mais chacun sait que, occasionnellement, lors d’une soirée un peu festive et détendue, il arrive aux plus sobres d’entre les sobres de dépasser les deux verres sans pour autant jamais basculer dans la beuverie. Nous proposons à la direction de modifier le slogan bien connu du ministère de la santé « un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts » par « un verre ça va, trois verres tu banques mon p’tit gars ! ». A discuter.
A ce train-là, pourquoi ne pas imaginer qu’un jour prochain, les entrées au Kick off ou en réunion de lancement deviennent payantes ? Avec tampon-encreur sur la main afin de traquer les resquilleurs.. Humour facile ? Ironie un rien déjantée ? Espérons-le, bien entendu, mais qui aurait pensé il y a une dizaine d’années que nous vivrions ce que nous vivons aujourd’hui ?

4 Commentaires

  1. En effet, hallucinant ! j'ai connu des enterrements plus joyeux que ça !!!!
    Hallucinant sur le discours !! ils sont sur une autre planète !!
    Nous allons être pressés comme des citrons !! clairement, nous allons avoir la pression toute l'année avec des cdd qui vont s’arrêter ! et poas de stagiaires, ça c'est la goutte d'eau qui va faire déborder le vase
    ET QUAND JE VOIS L'OPERATION CEO : cela pourrait me faire au moins 10 stagiaires dans mon agence au prix de l'indemnité…
    Franchement ras le bol de travailler dans ces conditions
    Moi je signe dès demain pour le mouvement de grève sur :
    1 cdd par agence en fonction des ETP/ ETP / dès que vous passeez les 60 etp
    1 stagiaire
    1 prime exceptionnelle de 300 € pour chaque permanent quand je vois la CT GLOBALE FRANCE c'est juste un scandale de voire l'entreprise gagner autant et de ne pas reverser une partie
    1 prime complémentaire mensuelle dès que vous passez +5% de votre budget mensuel CA+CT
    BREF et de l'écoute au niveau RH

  2. Le PSE déguisé est bien présent depuis quelques années maintenant. Segmentation, fermeture des agences BTP… combien de personnes ont déjà quitté l'entreprise. Je me souviendrais toujours d'une certaine Laurence, bien implantée, qui avait fait un triomphe devant l'assemblée lors d'un fameux kick-off à Bordeaux il me semble, appréciait de ses équipes (sauf erreur de ma part) qui maintenant est passée régionale dans un organisme de formation nationale.
    Les têtes tombent petit à petit, malheureusement, pas toujours les bonnes!
    Le constat est bien réel, économies de bout de chandelle, ambiance morose, quoi de mieux pour pousser les Collaborateurs au départ…

  3. Si j'ai bien compris le seul moyen d'arroser un peu la soirée c'est de piquer le rouleau d'étiquettes boissons ? Ou d'en imprimer avec mon imprimante laser
    Question de payer l'entrée au KO je pense qu'on paie déjà assez dans nos EDG !!!

  4. Si on se fie aux réseaux tout le monde n’est pas logé à la même enseigne.
    Quand la vache n’a plus de lait à produire vous connaissez la suite

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici